Actualité web & High tech sur Usine Digitale

2001 L'Odyssée de l'Espace, Matrix, Minority Report... le cinéma a déjà tout prévu du big data

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Alors que le big data s'impose dans notre quotiden, le cinéma, lui, en a déjà prévu tout le potentiel d‘application et ce depuis bien longtemps. Histoire de la révolution en cours des données à travers quelques films cultes.

2001 L'Odyssée de l'Espace, Matrix, Minority Report... le cinéma a déjà tout prévu du big data
Neo,héro de la trilogie Matrix premier Data sceintist cinelmé © cc Sudhee
Comment le big data va-t-il transformer le monde ? La réponse, le cinéma la donne depuis des années. Alors que la révolution des données ne fait que commencer dans les entreprises, elle est  une réalité dans le septième art et ce depuis bien longtemps. "Le cinéma avait déjà tout prévu", affirme Xavier Perret, directeur du Digital B2B chez Orange, lors de la journée organisée par Bpifrance sur le big data et les PME, le 4 novembre 2015.
 
1944 : origine du big data
Le big data apparaît aujourd’hui comme un concept un peu galvaudé. Le terme est récent. Il est présenté pour la première fois en 1998 par un scientifique de Silicon Graphics Inc. "Mais le principe d’utilisation des données pour la prise de décision est très ancien, tempère Xavier Perret. Il remonte à 1944 quand le bibliothécaire américain Fremont Rider prédit l’explosion des volumes stockés dans les librairies des universités." Ce phénomène est jalonné de prédictions intuitives, observations empiriques et modélisations théoriques déterministes, basées sur les statistiques, les probabilités et les mathématiques. Son histoire se retrouve dans le cinéma.
 
L'intelligence artificielle au coeur de 2001 l'odyssée de l'espace
L’un des films cultes dans ce domaine est 2001, l’odyssée de l’espace de Stanley Kubrick. Sorti en 1968, ce long métrage fait la part belle à l’intelligence artificielle. Il met en vedette l’ordinateur HAL 9000, qui commande la vaisseau spatial, prend lui-même les décisions en analysant les données des capteurs, dialogue en langage naturel avec l’équipage et comprend ce qu’on dit en décryptant les mouvements des lèvres. "Stanley Kubrick a beaucoup travaillé avec les scientifiques d’IBM pour imaginer le monde de demain", note Xavier Perret. Nous n'en sommes aujourd’hui qu’au début avec le système d’intelligence artificielle Watson d’IBM qui propose d’assister les médecins, les conseillers financiers ou les agents dans les centres d’appels.
 
Christine, précurseur de la voiture autonome
Le film Christine de John Carpenter, sorti en 1983, se pose lui en précurseur de la voiture autonome, telle qu’elle est envisagée aujourd’hui par Google. A travers l’histoire d’une voiture surnaturelle et malveillante, qui prend petit à petit le contrôle de l'adolescent qui l’a achetée, il prédit le modèle de conduite de demain basé sur l’apprentissage statistique ou Maching Learning. "On va apprendre à la voiture des règles de conduite, analyse Xavier Perret. C’est à la voiture de corréler les informations des capteurs embarqués et de prendre ses propres décisions. Elle devient autonome en apprenant à conduire."
 
Matrix, vitrine du Data Scientist
L’analytique à l’heure du big data est magistralement illustré dans Matrix de Lana et Andy Wachowski. Cette trilogue, porté à l’écran à partir de 1999, plonge son héros, Neo, dans un monde dominé par des machines et inondé de data. Ce geek, interprété par Keanu Reeves, tente désespérément de décrypter les flux verts de données pour comprendre le monde qui l’entoure et s’en emparer. "C’est le premier data scientist", affirme Xavier Perret.
 
Minority report, la puissance de l'analyse prédictive de données
Autre film, autre anticipation: Minority report de Steven Spielberg. Sorti en 2002, il imagine Washington en 2054, une ville rendue sûre grâce à une technologie d’anticipation des crimes. Le système s’appuie sur les informations fournies par trois précogs (individus dotés de capacités exceptionnelles de précognition) pour prévoir où et quand les crimes vont avoir lieu.
 
Le même principe, basé sur l’analyse prédictive des données, est aujourd’hui à l’œuvre à Menphis pour la prévention des crimes et à New York pour la prévision des incendies. "Le modèle va se généraliser dans l’industrie et le marketing, entrevoit Xavier Perret. On peut l’utiliser pour anticiper les pannes et optimiser la maintenance des machines, détecter les clients mécontents et leur proposer des offres avant qu’ils n’aillent chez la concurrence…Les applications potentielles sont nombreuses."
 

Si elles peuvent inspirer les entreprises, ces utilisations souvent extrêmes des big data, sont surtout autant d'alertes sur les dérives et la nécessaire éthique liée à leur utilisation. Ce n'est pas parce que la technologie permet de le faire, qu’il faut foncer tête baissée, même pour prendre une longueur d'avance.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Mr Tillier

05/11/2015 09h39 - Mr Tillier

Dans the matrix chaque cocon pour produire l'energy contient un individu different: un programmeur, un grand black, une femme, etc...chacun avec des reves virtuels differents. C'est beau de voir que les robots promouvoient la biodiversite et n'ont pas de probleme de type 6-sigma ou lean dans leur outil de production: chaque "clone" qui sort de l'usine est different (donc comparant 2 a 2, un cocon est forcement moins productif que l'autre). Variance maximum dans la ligne de production :-)

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale