Actualité web & High tech sur Usine Digitale

2017, l'année de l'envol des essaims de drones du toulousain Donecle

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La start-up toulousaine Donecle, qui a développé une solution innovante d'inspection des impacts de foudre sur la carlingue des avions à l'aide de drones autonomes, est en phase d'accélération. Après le prototypage et les premiers essais en conditions réelles, la société annonce le déploiement commercial de ses produits pour 2017.

2017, l'année de l'envol des essaims de drones du toulousain Donecle
Les quatre fondateurs de Donecle © Donecle

La start-up toulousaine Donecle compte sur l'écosystème local pour gagner en notoriété. Elle vient de remporter coup sur coup le Grand Prix Galaxie 2016, remis par le Club d'entreprises toulousain du même nom (qui regroupe près de 80 sociétés et institutions du secteur spatial et de son écosystème) et un trophée de l'Innovation dans le cadre d'Aeromart, la convention d'affaires des industries aéronautiques et spatiales, qui vient de se tenir à Toulouse. "Ces prix arrivent à point nommé pour nous permettre de gagner en visibilité et accompagner le lancement commercial de nos produits", reconnaît Yann Bruner, président et co-fondateur de Donecle.

 

Après plusieurs mois d'accompagnement au sein de l'accélérateur de start-up de l'IOT Valley, à Labège, dans le Sud-Est de l'agglomération toulousaine, la startup s'apprête en effet à sortir sur le marché ses premiers produits en série.

 

Des essaims de drones pour réduire les temps d'inspection des avions au sol

Créée en septembre 2015 par Yann Bruner (Mines Paris Tech), Matthieu Claybrough et Alban Deruaz-Pepin (deux ingénieurs Supaero) et Josselin Becquet (diplômé de l’ESCP Europe Business School), Donecle a mis au point une solution innovante d'inspection des impacts de foudre sur la carlingue des avions, à l'aide de drones autonomes. Cette solution, qui fait l'objet de plusieurs brevets, dont l'un sur le procédé de positionnement par technologie laser, est basée sur l'utilisation d'un essaim de drones (2 à 6 drones selon la taille de l'appareil à inspecter), équipés de caméras, permettant de scanner en un temps record l'ensemble des surfaces de l'avion et de répertorier très précisément et en temps réel les impacts de foudre éventuellement présents sur le fuselage et les ailes. "Nous avons réussi à diviser par plus de 20 le temps d'inspection pour chaque appareil", se félicite Yann Bruner.

 

L'inspection prend à peine 20 minutes pour un avion de type A320, au lieu de 8 heures pour le procédé traditionnel, qui doit en outre faire intervenir une équipe d'une dizaine de personnes. "Le gain financier est évident pour les compagnies aériennes qui trouvent ainsi un moyen de raccourcir le temps d'immobilisation au sol de leurs avions", insiste Yann Bruner. D'autant que ces inspections sont obligatoires après chaque impact de foudre et que l'on estime que chaque avion dans le monde est concerné en moyenne au moins une fois par an par le phénomène. Cela concerne donc chaque année l'ensemble des quelque 27 000 avions commerciaux actuellement en service. Un marché colossal pour la start-up toulousaine qui doit maintenant se positionner rapidement sur le marché international.

 

Une ambition internationale

Depuis le début de l'année 2016, Donecle multiplie les tests grandeur nature. "Nous avons totalisé une soixantaine d'inspections auprès de 4 premières compagnies sur plusieurs aéroports en Europe", précise Yann Bruner. L'objectif est maintenant de passer à la phase industrielle et commerciale, avec en ligne de mire le grand export. Une étape qui va être facilitée à la fois par l'entrée à son capital du fonds d'investissement Delta Drone Invest, qui vient d'investir 1 million d'euros dans la start-up et par la signature d'un premier partenariat avec Air France Industrie-KLM. D'ici à fin 2018, Donecle ambitionne de s'implanter à la fois aux USA et dans la zone Asie-Pacifique.

 

De nouvelles applications à l'étude

La start-up veut aussi développer de nouveaux cas d'usage pour ses essaims de drones : contrôle de la qualité de la pose de la peinture extérieure des avions, évaluation de la  corrosion, détection des anomalies dans le marquage des avions... La société toulousaine explore également de nouvelles pistes de diversification hors aéronautique, notamment dans le ferroviaire, l'industrie navale ou les parcs éoliens, toujours pour des missions d'inspection liées à des tâches de maintenance.


Donecle table sur 1 million d'euros de chiffre d'affaires pour 2017. La start-up, qui emploie 6 salariés, prévoit de porter son effectif à une vingtaine de salariés d'ici à la fin de l'année prochaine.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale