Actualité web & High tech sur Usine Digitale

2017 : quelle est la vision numérique de la gauche ?

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Que disent les candidats de gauche à la Présidentielle 2017 sur les sujets numériques ? Quelques jours après les primaires de gauche, il est intéressant de faire un point sur les valeurs qu’ils incarnent, leurs similitudes et leurs différences. Y a-t-il une gauche du numérique qui se dessine pour les élections ? Renaissance Numérique fait le point pour L'Usine Digitale.

2017 : quelle est la vision numérique de la gauche ?
Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot © montage photo

Avec ses 35 mesures contenues dans le chapître numérique de son programme, Jean-Luc Mélenchon est le candidat à gauche qui propose le plus de mesures numériques, devant Benoît Hamon avec 18 mesures numériques, et Yannick Jadot, 10. Au-delà de bref classement, que disent les candidats sur les sujets numériques ?

Redynamiser la démocratie à l’aide du numérique

S’il est un point sur lequel les candidats de gauche tombent d’accord, c’est bien le recours aux dynamiques « civictech » pour renforecer la démocratie. Ainsi, Benoît Hamon propose de nombreuses réformes pour faire intervenir plus régulièrement les citoyens dans le processus d’élaboration de la loi et des politiques publiques : amendements citoyens, vote d'une partie du budget de l'État sur Internet, sénat citoyen, le 49-3 citoyen… Le candidat d’EELV le rejoint en proposant le "1 % participatif" du budget d'investissement de l’État consacré aux projets choisis par les citoyens par le biais d’une plateformes en ligne.

Jean-Luc Mélenchon est finalement le candidat le plus en retrait sur ces sujets, avec son projet de "maisons du numérique" pour offrir des formations à l'usage et à la citoyenneté numérique.

Préserver une "souveraineté" numérique

La "souveraineté" est ensuite un terme récurrent et commun aux candidats de la gauche. Celle-ci se traduit par différentes mesures en fonction des candidats :
-    La protection des données, domaine dans lequel Jean-Luc Mélenchon, qui a davantage traité la question que ses autres compétiteurs, propose la renégociation du Privacy Shield.
-    Le renforcement du logiciel libre par l’administration et pour le grand public, expliquent Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon.
-    La mise en place d’une taxe visant les grandes entreprises du numérique, notamment dans le secteur culturel, avec une coopération à l’échelle européenne pour prévenir les risques d’évasion fiscale. L’harmonisation fiscale européenne doit être une priorité selon le candidat Benoît Hamon, qui propose même que la recette de ce nouvel impôt soit affectée au budget de l’Union ou au financement de projets innovants.

Usages et économie de la culture à l’ère du numérique

Enfin, sur les sujets culturels, pilier historiquement central des programmes de gauche, les candidats portent des propositions pour un adapter usages et marché au numérique. Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon proposent tous les deux un infléchissement du cadre de la propriété intellectuelle. Le chef de file de la France insoumise propose un "système de rémunération global de la création, par l'instauration d’une cotisation liée à l'abonnement internet ouvrant droit au téléchargement non marchand" pour lutter à la fois contre le piratage illégal tout en réformant les logiques d’accès à la culture ; il s’accompagnerait de la mise en place d’une "médiathèque publique en ligne". Benoît Hamon prévoit quant à lui une "offre légale de contenus culturels numériques pour toucher le plus grand nombre sans fragiliser les artistes".

Les mesures qui font le plus consensus dans les programmes sont la garantie du droit à la déconnexion et la protection des lanceurs d’alerte. Il faut noter que ces mesures sont pour la plupart déjà actées (le recours aux logiciels libre, le droit à la déconnexion et le principe de neutralité du net) au niveau communautaire ou national, même si leurs portées en pratique est relative en l’absence de sanctions.

Financer l’innovation

Si les candidats portent des mesures économiques concernant le numérique, comme la Taxe robot de Benoît Hamon, celles-ci, on l’a compris, ne dominent pas la vision numérique des candidats de gauche.

Sur la question de l’innovation par exemple, Yannick Jadot est certainement le candidat de la gauche le mieux armé. Le candidat EELV propose dans son programme une incitation à orienter l’épargne vers le capital-risque des entreprises innovantes, à même de faciliter la transition écologique ou numérique.  Il formule aussi l’idée d’adopter "un plan d’investissement [pour le numérique] de 600 milliards d’euros par an, financé par la Banque européenne d’investissement et les banques nationales d’investissement, garanti ou racheté par la Banque centrale européenne".

Garantir la neutralité du net

Jean-Luc Mélenchon est certainement le candidat le plus expansif sur les enjeux de préservation d’un réseau Internet libre et neutre. Sur la neutralité du Net, par exemple, qui est une mesure défendue également par le candidat EELV, le candidat de la France insoumise interpelle les fournisseurs d’accès à Internet pour qu’ils "assurent un accès sans restriction, sans surveillance, sans modifier ni ralentir l’accès aux sites".

 

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale