Actualité web & High tech sur Usine Digitale
Talan

4 questions à Nicolas Thomas, Directeur Général de TalanLabs

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

TalanLabs

Au sein du groupe Talan, TalanLabs regroupe des expertises en développement (Java/J2EE…), approches projets (Agile, Devops…), en expérience utilisateur (UX design), mobilité, Cloud, internet des objets. Pour mettre en œuvre les projets qui lui sont confiés, les équipes de TalanLabs s’appuyent sur une méthode de travail basée sur le partage des connaissances et des tests grandeur nature des technologies à la pointe. Proche de ce qui se pratique dans les start-up !  

TalanLabs
TalanLabs © Talan

 

Comment faites-vous pour motiver vos équipes ?

 
Nous sommes convaincus que la passion et la curiosité sont les leviers de la motivation, c’est pourquoi nous soutenons des initiatives internes qui vont des « meetup » aux conférences en passant par les ateliers, formations ou projets internes. 
 
Nous y voyons deux objectifs : identifier les expertises et leader techniques capables de les animées  et créer une vraie dynamique permettant à tous les consultants de s’exprimer en fonction de ses compétences et surtout en fonction de ses appétences.
 
Enfin, sur les projets nous cherchons à développer la culture autour l’erreur. Celle-ci consiste à ne pas considérer l’erreur comme un échec, mais au contraire comme un moyen d’avancer. Dans les rétrospectives des problèmes opérationnels nous nous attachons à étudier et partager la réaction et l’implication des équipes à la résolution du problème plutôt que d’identifier le responsable. Cette culture est portée par la solidarité et la bienveillance au sein des équipes qui travaillent main dans la main sur un même projet. Assumer solidairement et corriger les erreurs ensemble, c’est aussi partager les succès !
 


Un véritable esprit start-up en quelque sorte ?

 
Exactement ! Je suis d’ailleurs convaincu du bien-fondé de l’organisation horizontale et en équipes des start-ups. Cette culture de l’initiative et la responsabilisation apporte une véritable émulation au sein des équipes, et donc des capacités d’innovation remarquables. L’objectif prioritaire à garder en tête est l’efficacité, quitte à d’ailleurs déroger à certaines règles pré-établies et à des carcans néfastes à la créativité. 
 
Bien sûr, TalanLabs n’est pas une start-up… d’où l’idée de créer une organisation de type « FabLab » afin de limiter au maximum les barrières à l’innovation. Chacun de ces laboratoires serait alors responsable d’un sujet ou d’un domaine en particulier et fonctionnerait avec l’agilité nécessaire pour faire avancer les projets. Ces nouveaux modes d’organisation inspirent déjà certains de nos clients, de grands groupes industriels ou financiers, qui s’en empreignent afin d’inventer le management de projets de demain. 


Quelles sont les orientations stratégiques de TalanLabs en termes de nouvelles technologies ?

 
Nos priorités sont multiples et s’intègrent aux tendances du marché, tout en restant cohérentes avec nos savoir-faire. En ce moment, nous menons par exemple des travaux autour de l’Internet des Objets (IoT). Pas sur les objets ou capteurs en eux même, mais sur l’usage qu’il peut être fait des données récoltées. Car en matière d’objets connectés, il est important de rappeler que l’innovation ne réside pas seulement dans l’objet ou le capteur en lui-même mais la capacité à traiter et à utiliser la donnée. Cet aspect est donc au cœur de nos priorités métiers. 
 
Parmi les autres technologies, nous étudions également les possibilités du Big Data et de ses usages inhérents, tels que le Machine Learning ou encore le Deep Learning. Pour le moment nous sommes en veille active sur le sujet. Il est cependant important de souligner que dans de nombreux cas, une adaptation de technologies de type NoSQL peut suffire au traitement des données volumineuses.
 

Quid de la Blockchain ?

 

C’est un sujet passionnant, porté par la direction du groupe Talan. Plusieurs projets sont donc en train de voir le jour en interne. Cependant, la technologie est encore jeune, et de nombreuses questions restent en suspens comme par exemple, l’impossibilité de supprimer un élément de la chaîne une fois intégré. 
 
Quoi qu’il en soit, les travaux menés nous permettent d’avancer plus largement sur le thème de la sécurité, et en particulier sur les questions de cryptographie. Il s’agit pour l’instant de travaux internes, qui pourraient cependant déboucher prochainement sur des projets clients. L’objectif est d’être prêt pour répondre aux demandes du marché sur le sujet. 


 

#InsideTalan - Lucille, UX designer chez TalanLabs

 

 

A lire aussi

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale