Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Agriculture connectée : deux applications mobiles pour la filière lin

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Fibre naturelle millénaire, le lin n’en demeure pas moins la cible d’initiatives digitales, avec le lancement de deux applications dédiées aux liniculteurs, développées sous la houlette du Gnis et de la coopérative normande Terre de Lin.

Agriculture connectée : deux applications mobiles pour la filière lin
Agriculture connectée : deux applications mobiles pour la filière lin © Flickr/Amateur 72

Les 5000 liniculteurs français n’auront plus d’excuse pour rater leur campagne ! Lancées fin 2014 et mi 2015, deux applications mobiles proposent à leurs utilisateurs des outils pour calculer leur dose de semis, sélectionner les variétés les plus adaptées à leur environnement et déterminer la période la plus propice à l'arrachage du lin.

 

"Pendant très longtemps, nous éditions un document papier. Avec le numérique, il est plus facile de s’informer et de faire ses calculs, y compris directement dans son champ", indique à L’Usine digitale Benoît Laffineur, délégué régional Nord-Pas-de-Calais Haute-Normandie du Groupement national interprofessionnel des semences et plants (Gnis). Cette région assure environ 90% de la production de semences de lin.

 

Le Gnis s’est appuyé sur ses équipes pour lancer, en novembre 2014, l’application Densi’lin, dotée depuis mars d’une campagne de communication à l’occasion de la période de semis. "Les conversions à effectuer pour connaître sa dose de semis sont multiples. Nous avons lancé l’application pour permettre de la calculer en cinq clics, explique-t-il. L’objectif est de maîtriser au mieux l’homogénéité du semis, pour pouvoir mieux valoriser, in fine, son lin."

 

L’agriculteur doit préciser le teilleur (le transformateur) auquel est destiné son lin. Chacun fait part de ses préconisations, en fonction d’objectifs qualitatifs et des caractéristiques du sol et du climat. Ces données, complétées par les utilisateurs de l’application, permettent de déterminer un nombre de graines à semer au mètre carré.

 

Déterminer la période d'arrachage en fonction de données météo embarquées

Leader de son secteur, la coopérative Terre de Lin, basée à Saint-Pierre-le-Viger (Seine-Maritime), a effectué un constat similaire. "Les liniculteurs doivent pouvoir accéder à des informations actualisées et échanger entre eux", estime son chargé de communication, Laurent Cazenave. Disponible depuis le mois de mai, l’Appli’Lin s’adresse à l’ensemble des agriculteurs, au-delà des seuls adhérents de la coopérative.

 

"Nous nous positionnons sur le créneau de l’aide à la décision en permettant de choisir ses variétés selon des critères agronomiques, en affichant les références qui conviennent le mieux aux utilisateurs en termes de résistance aux maladies, de potentialité du sol et de capacité à résister aux averses", ajoute Laurent Cazenave.

 

La maturité du lin fait également partie des préoccupations des professionnels. "On arrache le lin en fonction d’une somme de températures. Le liniculteur indique sa date de semis, sa zone géographique, et l’application détermine des dates approximatives de floraison et d’arrachage, à partir de données météo", poursuit le responsable. Une base de données consacrée aux maladies du lin et un forum complètent l’offre.

 

Développement externalisé

Pour lancer leurs applications, le Gnis et Terre de Lin ont eu recours à des prestataires spécialisés. "Nous avons lancé Densi’Lin en quatre mois. Le Gnis dispose d’un service Web, qui a transformé le cahier des charges en un document fonctionnel pour l’agence que nous avons retenu", précise Benoît Laffineur. Chez Terre de Lin, six mois se sont écoulés entre l’idée et le lancement de l’Appli’Lin. "Nous disposions déjà de tous les éléments de contenu et nous avons seulement dû rédiger un cahier des charges pour notre prestataire", explique pour sa part Laurent Cazenave.

 

Le Gnis compte s’appuyer sur les distributeurs de semences pour populariser son application, tandis que Terre de Lin, qui revendique 500 installations, communique dans la presse agricole et auprès de ses adhérents.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale