Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Alcatel-Lucent, une mariée presque trop belle pour Nokia

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Analyse Le 11 février, Nokia et Alcatel-Lucent présentaient pour la dernière fois leurs résultats séparément. Le Finlandais affiche une forme moyenne tandis que l’équipementier qu’il rachète renoue enfin avec les bénéfices.

Alcatel-Lucent, une mariée presque trop belle pour Nokia
Rajeev Suri, PDG de Nokia © Nokia

Nokia annonce un chiffre d'affaires de 12,5 milliards d’euros pour 2015, en hausse de presque 6%. Une croissance qui révèle en particulier une meilleure valorisation des brevets de l’entreprise. Nokia Tech, l’entité qui en a la charge a fait un bond spectaculaire de 77% sur l’année avec un doublement de ses bénéfices. Pour autant, la propriété intellectuelle ne rapporte qu’un peu plus d’un milliard d’euros.


Des brevets mieux valorisés

Ce sont les équipements télécoms qui représentent toujours la majeure partie des ventes (92%) même s’ils n’ont cru que de 3% et si leurs bénéfices ont chuté de 8%. Nokia blâme d’ailleurs la frilosité du marché due selon lui à la conjoncture économique. Avec un secteur des télécoms malmené, la plupart des équipementiers ont d’ailleurs mis en branle comme lui, des dispositifs permettant de tirer bénéfices de leurs portefeuilles de brevets, activité souvent négligée auparavant.

 

Alcatel-Lucent, retour aux bénéfices

C’est aussi une des pistes que poursuit Alcatel-Lucent pour remonter la pente depuis trois ans. Mais pas la seule. Son drastique plan Shift lui permet aujourd’hui d’afficher des résultats qui peuvent réjouir son nouveau propriétaire. Nokia hérite d’un équipementier redevenu bénéficiaire pour la première fois depuis 2011 : le résultat d’Alcatel-Lucent se monte pour 2015 à 361 millions d’euros (+480%). Quant à son chiffre d'affaires, il augmente de 8% à 14,275 milliards d’euros. Et il peut même se targuer d’un flux de trésorerie passé du négatif il y a trois ans à 660 millions d’euros, au-delà des objectifs du plan de redressement.


Nokia devra acheter le reste d’Alcatel-Lucent en bourse

Qui sait, peut-être sont-ce ces résultats qui ont donné des ailes aux actionnaires d’Alcatel-Lucent. Toujours est-il qu’ils ont refusé à Nokia l’échange d’actions qui lui aurait permis de s’emparer sans trop de frais de la totalité du Français. A ce jour, le Finlandais ne dispose de 91,25% du capital d’Alcatel-Lucent (et 91,17% des votes). Le refus qui lui est opposé ne l’empêche nullement de prétendre à 100%, mais pour cela, il doit désormais acquérir les parts qui lui manquent en Bourse. Une opération plus onéreuse.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale