Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Après Lyft, General Motors rachète les restes de Sidecar (un autre concurrent d’Uber)

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Après avoir investi un demi-milliard de dollars dans Lyft, General Motors fait un pas de plus dans le secteur du véhicule à la demande : le constructeur automobile américain vient de racheter la technologie de la start-up de covoiturage californienne SideCar, qui avait fermé boutique fin décembre.      

Après Lyft, General Motors rachète les restes de Sidecar (un autre concurrent d’Uber)
Après Lyft, General Motors rachète les restes de Sidecar (un autre concurrent d’Uber) © Sidecar

Plus de doute, General Motors compte bien barrer la route à Uber. Le constructeur automobile américain a commencé par investir quelque 500 millions de dollars (458 millions d’euros) dans Lyft, concluant ainsi un partenariat stratégique avec le concurrent à la moustache rose du géant des VTC, apprenait-on début janvier. Et il vient de racheter les restes de Sidecar, une start-up de covoiturage basée, tout comme Uber et Lyft, à San Francisco. Sauf que cette entreprise californienne, dont les créateurs se targuaient d’être des pionniers du covoiturage, a dû fermer boutique fin décembre. Elle n’avait pas su attirer les capitaux, avait alors expliqué Sunil Paul, l’un des fondateurs de la plate-forme, dans un billet annonçant la cessation de l’activité au 31 décembre. Destiné aux professionnels, le service de livraison de Sidecar paraît toutefois toujours en service, puisque le site internet est encore actif.

 

Une technologie acquise pour la branche "mobilité urbaine" de GM

 

C’est donc la technologie détenue par Sidecar qui a intéressé GM. Et le savoir-faire de certains employés - dont celui du cofondateur Jahan Khanna - qui rejoindront les effectifs de General Motors. Ils feront partie de l’équipe de “mobilité urbaine”, a confirmé au site TechCrunch la firme de Detroit, qui travaille sur sa propre marque de transports baptisée Maven. Pour acquérir ces compétences, le constructeur automobile aurait dépensé moins que les 39 millions de dollars levés jusqu’alors par la start-up auprès d’investisseurs tels que Richard Branson. Une bagatelle comparé au demi-milliard investi dans Lyft - qui reprend ainsi du poil de la bête face à Uber. Mais un signe que General Motors compte bien être acteur de la révolution automobile, qui se prépare semble-t-il dans le milieu du véhicule autonome à la demande. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale