Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Arrêtons de nous mentir : les (vraies) voitures autonomes n'arriveront au mieux qu'en 2026

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Analyse Étude Il faut faire preuve de pédagogie sur le véhicule autonome, sinon les consommateurs vont au-devant de grandes déceptions, car de nombreux obstacles subsistent. C'est la conclusion du premier colloque organisé par le think tank Megacities Institute, ce 27 juin à Paris.

Arrêtons de nous mentir : les (vraies) voitures autonomes n'arriveront au mieux qu'en 2026
Arrêtons de nous mentir : les (vraies) voitures autonomes n'arriveront au mieux qu'en 2026 © Volkswagen Group

Un véhicule où il suffirait de s'asseoir et de se laisser transporter tranquillement, l'oeil mis-clos, en sirotant un cocktail ou en regardant un bon film… Voici l'image des véhicules autonomes diffusée par certains constructeurs, qui promettent monts et merveilles aux consommateurs. Finis le stress, la fatigue, le temps de trajet improductif. C'est évidemment bien plus compliqué que cela. Ce véhicule automatisé ultime n'arrivera pas avant 2026 – 2030, au mieux. Quiconque prétend le contraire prend des distances avec la réalité. D'ici cette date, les expériences de conduite semi-autonomes risquent d'être inabouties, donc frustrantes par rapport à des attentes élevées.

 

trop d'attentes, beaucoup de déception

A l'occasion de son premier colloque, le think tank Megacities Institute (qui compte Bosch et Allianz parmi ses membres fondateurs) a présenté une étude conduite par l'université DHBW de Stuttgart. 200 conducteurs allemands ont testé pendant une heure des Mercedes et Tesla de niveau 2, équipées d'assistants de conduite en ville et sur autoroute. Ils ont été interrogés sur leur perception de l'expérience, avant et après.

 

Résultat : "leur perception de la voiture automatique change significativement après l'avoir testée", résume Orsolya Sadik-Rozsnyai, chercheuse spécialiste des processus d'innovation au sein de l'ESSCA, qui a participé à l'étude. "La perception est beaucoup plus négative après le test qu'avant. Ils voient plus clairement les bénéfices et les risques de la technologie, alors qu'ils en avaient une image féérique, magique, avant". Les conducteurs se rendent bien compte que la promesse de réduction du stress et de réappropriation du temps de trajet n'est pas encore tenue, car ils doivent pouvoir reprendre le contrôle du véhicule à tout moment et donc rester concentrés. "Il y a beaucoup d'interrogations autour de la perte de contrôle : est-ce que je peux, je dois intervenir, vais-je être capable de réagir si nécessaire, est-ce humainement possible ?" Des inquiétudes liées au facteur humain, comme l'ont déjà prouvé plusieurs études sur ces systèmes "hands off eyes on". Les conducteurs ont tendance à trop faire confiance à la machine, à ne pas lui faire confiance du tout, ou à tester ses limites, comme l'expliquait Gill Pratt de Toyota au CES.

 

Surtout, les automobilistes attendent de l'aide dans les situations les plus compliquées : conduite de nuit, sous la pluie par exemple. Or, c'est précisément dans ces cas de figure que les systèmes autonomes fonctionnent le moins bien, pour le moment. Conclusion : "il faut faire de la pédagogie étape par étape. On vend du rêve aux conducteurs, ils risquent d'être déçus par la réalité des usages", prévient la chercheuse.

 

Sept freins majeurs à lever

Et des étapes, il en reste beaucoup à franchir, a rappelé Joao Carreiro, directeur marketing de la division chassis system control de Bosch. Aujourd'hui, seuls les véhicules autonomes de niveau 2 sont autorisés sur les routes (avec des assistants à la conduite, comme les proposent Tesla, Mercedes, Nissan et beaucoup d'autres). Il y a au moins sept obstacles à franchir avant d'arriver au niveau 5, celui qui fait rêver les foules, une conduite sans les mains et sans besoin de supervision humaine. Le spécialiste les énumère : "L'architecture système (redondance des capteurs, des calculateurs et des actuateurs), fiabilité et sécurité, perception à 360° pour tous les cas de figure (pluie, tunnels, irruption d'animaux…), intelligence artificielle (planification, décision et exécution), localisation (avec des cartes toujours plus précises et mises à jour), législation (avec le besoin de standards globaux) et processus de validation". C'est ce dernier point, pas forcément le plus évoqué, qui interroge le plus Joao Carreiro. "Avec les procédures actuelles, il faudra à peu près 5 000 ans pour certifier les systèmes nécessaires à la conduite autonome", juge-t-il.  "Il faudra inventer d'autres processus basés sur le cloud, nous avons déjà des idées dans ce sens".

 

ne pas croire aux miracles à court terme

 

 

La feuille de route des fonctions de conduite automatisée selon Bosch

 

En tenant compte de ces multiples freins, la timeline prédictive de Bosch pour les technologies de conduite automatisée est moins spectaculaire que celle esquissée par les constructeurs (qui entretiennent volontairement le flou autour des rélles capacités de leurs futurs modèles). Les fonctions de pilote automatique sur autoroute, ne nécessitant qu'une supervision très réduite (voire nulle) du conducteur, n'arriveront pas avant 2020. Puis 2026 pour certaines villes. Et on ne parle pas même pas des routes secondaires...

 

Bosch voit la technologie des robotaxis émerger en 2021. Mais attention : il ne s'agira pas forcément de véhicules entièrement autonomes dans un premier temps, mais de véhicules pouvant arriver tous seuls jusqu'à un point de contact, puis rentrer à un parking via un parcours pré-calculé. Pour le trajet en lui-même, le conducteur restera aux commandes, dans un premier temps. Des expériences de conduite 100% automatisées pourront apparaître plus tôt, mais sur des voies dédiées et pour des trajets pré-calculés, dans un environnement précis.

 

Attention donc aux effets d'annonce des constructeurs qui jouent habilement avec les concepts d'assistance, d'autonomie totale ou partielle pour vendre du rêve au grand public. Mieux vaut se fier à des acteurs plus prudents comme Toyota, qui misent sur des véhicules réellement autonomes après 2035, voire encore plus tard.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

6 commentaires

Cyril CHEDHOMME

03/07/2017 08h32 - Cyril CHEDHOMME

Bravo pour cet article plein de "bon sens terrien" ! A lire aussi : Voiture autonome…Réalité ou surenchère de constructeurs à un fantasme collectif ? http://bit.ly/2tApYkE

Répondre au commentaire | Signaler un abus

laurent

30/06/2017 11h59 - laurent

Une voiture 100% autonome sur autoroute ou voie rapide en 2020 selon Bosch, c'est une avancée technologique qui révolutionnera la façon de se déplacer sur ces grands axes reliant les principaux pôles urbains français et européens. Ce bon article peut paraître à charge contre le véhicule 100 % autonome mais rien ne sert d'aller trop vite sur un sujet de cet ampleur (vision d'un citoyen). Ce qui est sûr c'est que Tesla comme à une époque Apple pour les nouvelles technologies a mis une sacrée pression sur les constructeurs automobiles classiques ancrés sur leurs position et modèle économique du 20ème siècle.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Jeanmarc

29/06/2017 17h35 - Jeanmarc

Totalement d accord avec le commentaire précédent. Cet article a été réalisé dans le but que les gens ne différent pas leur achat. Ce qui coûterait très cher à l industrie automobile

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Serge

29/06/2017 09h11 - Serge

Pourquoi dans un tel article ne pas citer Elon Musk et Tesla qui annoncent une voiture 100% autonome pour 2018 ? C'est quand même l'acteur le mieux placé dans la réalité. Par le passé Elon Musk a déjà "pris des distances avec la réalité" ou plutôt avec la réalité limitée fantasmée par les acteurs traditionnels d'un secteur et a réussi : on peut penser à la fusée récupérable et à bas coût dans le domaine spatial. Le "arrêtons de nous mentir" du titre ne devrait-il pas plutôt s'appliquer aux acteurs anciens qui, dépassés par la disruption Tesla, tentent au travers de ce think tank d'établir un écran de fumé sur leur incapacité ?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Cyril

03/07/2017 08h39 - Cyril

N'oublions pas qu'au lendemain d'un malheureux accident mortel en mode conduite assistée dans une Tesla, Elon Musk annoncait que sa compagnie SpaceX effectuerait des voyages habités sur la planète Mars en 2020....

Signaler un abus

Ambroise Laplace

19/07/2017 18h08 - Ambroise Laplace

Une voiture complètement autonome, c'est à dire de niveau 5 d'autonomie, en 2018, vous êtes complètement à côté de vos pompes. Ce sera du niveau 3 dans un premier temps et si cela se fait en 2018, ce sera déjà très très bien. Par ailleurs, l'article parle des Tesla d'autonomie de niveau 2. Vous prenez pour argent comptant ce que peut dire Elon Musk, alors qu'il est évident qu'il "survend" délibérément des produits à moyen et long terme pour lever l'argent qui lui servira à les développer... Pour rappel, Tesla c'est une perte nette de 12% du chiffre d'affaires (+ de 700 M$ l'an dernier). Si n'importe quel constructeur avait de tels résultats, il serait au bord de la faillite. En dehors de ses méthodes révolutionnaires et de son leadership incontestable, l'un des principaux facteurs du succès de Tesla est la foi portée par les investisseurs à leur projet. Tesla a une capitalisation supérieure à celle de BMW, qui a pourtant réalisé plus de 7 Mds € de bénéfices l'an dernier... Tesla, c'est une belle promesse, de très bons produits haut de gamme, mais une inconnue totale sur sa capacité à produire de manière rentable des véhicules de grande série.

Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale