Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Autodesk : le modèle par abonnement l'oblige à couper 10% des effectifs

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Malgré des résultats record, l’éditeur américain Autodesk annonce la suppression prochaine de 10 % de ses effectifs. Carl Bass, le PDG, évoque comme raison principale la mutation de l'entreprise vers un modèle de ventes par abonnements.

Autodesk : le modèle par abonnement l'oblige à couper 10% des effectifs
Autodesk : le modèle par abonnement l'oblige à couper 10% des effectifs © D.R. - Aurtodesk

Voilà plusieurs mois qu’Autodesk, un des leaders mondiaux des logiciels professionnels, faisait la promotion de son nouveau modèle de ventes par abonnements, baptisé “Subcribe to Autodesk”. Ce lundi 1er février, l’éditeur américain a fait le grand saut : fini les licences payables annuellement, tous les logiciels du groupe ne sont plus disponibles que par des abonnements de 1 mois, 3 mois ou 1 an. Ne restent plus que les “suites” (les solutions packagées intégrant plusieurs logiciels), mais elles aussi passeront à un modèle d’abonnement très prochainement.

 

925 suppressions de postes

Cette annonce du 1er février a été immédiatement suivie d’une autre, beaucoup moins réjouissante. Carl Bass, le PDG du groupe, a annoncé le 4 février son intention de se séparer d’une partie non négligeable de ses employés. Le chiffre de 925 suppressions de postes a été avancé, soit un peu plus de 10 % de ses effectifs (le groupe employait 8200 personnes dans le monde en 2015).

 

Changement de modèle de revenus

Les deux annonces sont étroitement liées. En effet, quand le modèle de vente change, le modèle de recettes aussi. Si les ventes de licences offrent de grosses rentrées en début d’années, les ventes d’abonnement sont davantage lissées tout au long de l’exercice.*

 

Quant au volume de recettes, il baisse si la clientèle est constante, puisque les utilisateurs ne payent plus les logiciels quand ils ne les utilisent pas. La restructuration, selon Carl Bass, aurait donc pour objectif de coller à ce nouveau modèle. Et une partie des économies générées devrait être réinvestie dans le développement de nouvelles plateformes logicielles basées sur le Cloud.

 

LICENCIER MALGRÉ DE BONS RÉSULTATS FINANCIERS ?

Quoi qu’il en soit, le géant américain de la CAO, de la simulation et des logiciels pour le cinéma et l’animation, continue de croître. Son année fiscale 2015 s’est achevée sur un chiffre d’affaires de 2,51 milliards de dollars, en progression de 10 % par rapport à l’année précédente. Quant aux résultats financiers de la dernière année fiscale, ils seront annoncés le 25 février mais le groupe a d’ores et déjà annoncé que tous les indicateurs (ventes, bénéfices et portefeuille clients) seraient au vert.

 

Ce qui pourrait être mal accueilli dans une entreprise française se révèle relativement bien toléré dans ce groupe américain. L’ambiance n’est pas morose chez Autodesk France, nous assure-t-on en interne, même si la direction n'a encore donné aucun détail sur le détails des suppressions de posts et les pays concernés.

 

Une anticipation bien vecue ?

Il faut dire que le charismatique patron d’Autodesk, tout en décontraction et empreint d’un vrai “bon sens paysan”, a toujours su emporter l’adhésion de ses employés. L’avenir dira si sa nouvelle organisation remplit l’objectif ultime qu’il s’est fixé : faciliter l’accès aux nouvelles technologies de design partout dans le monde, aussi bien auprès de populations des régions défavorisées que dans les bureaux d’études des grands noms de l’industrie.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale