Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Barcelone, humaine et ultraconnectée

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Barcelone, humaine et ultraconnectée
Barcelone, humaine et ultraconnectée

Barcelone s’est donné une mission : devenir une référence en matière de smart city. Avec une vision claire de son futur : des quartiers à taille et vitesse humaines dans une métropole ultraconnectée. La ville se considère comme un laboratoire urbain, avec un lieu d’expérimentation dédié, le quartier [email protected] Ce "Districte de la Innovació" est un vaste chantier de régénération d’une zone industrielle de Poblenou, lancé en 2000. Universités, centres de R&D, start-up et industriels s’y regroupent en clusters. Schneider et Cisco y installent un centre d’innovation dans le bâtiment historique CA l’Alier. C’est cependant sur l’ensemble de son territoire que l’exubérante capitale catalane a mis en œuvre des dizaines de projets pilotes et d’actions dans différents domaines : la connectivité, l’énergie, l’eau, les déchets, la mobilité…

Un vrai terrain de jeu grandeur nature pour les industriels. "On utilise Barcelone comme un terrain de développement et d’expérimentation", explique Thierry Malet, le directeur innovation de Suez Environnement. Disposant sur place, avec sa filiale Aguas de Barcelona, d’un centre de R&D, Suez y a développé, dès 2006, une solution de contrôle des eaux de baignade. Température et qualité de l’eau, état de la mer et… présence de méduses sont ainsi accessibles sur smartphone. C’est aussi à Barcelone que le français a déployé sa nouvelle solution de gestion intelligente des réseaux de distribution d’eau, début 2014. Débits, turbidité ou vitesse de l’eau sont mesurés et analysés sur les 4 600 kilomètres de canalisations. À la clé, une meilleure visualisation du réseau et la détection précoce des anomalies pour une gestion optimisée.

Ils participent : Schneider Electric, GDF Suez, Cisco, Albertis, Indra, Microsoft, JCDecaux

Schneider Electric est également très actif à Barcelone, depuis le rachat de l’espagnol Telvent en 2011 et celui d’Invensys. Le groupe français met en place un système d’irrigation intelligent dans les parcs publics et déploie un système de contrôle des nuisances (bruit, pollution, trafic…) liées aux chantiers urbains. De son côté, Cisco a travaillé sur la connectivité des véhicules des agents de la ville. Un routeur embarqué permet de s’accrocher aux différents réseaux disponibles pour recevoir des informations ciblées, et remonter des informations à partir de capteurs, également embarqués, développés par Urbiotica, spin-off de l’université polytechnique de Catalogne.

Un observatoire idéal

Ces capteurs sont aussi impliqués dans la détection de l’occupation d’une cinquantaine de places de parking payantes dans le quartier [email protected] Celle-ci est couplée à un serveur dans le cloud et à une application smartphone, expérimentée auprès des automobilistes en 2013. Ce système a également été testé avec les cars, qui doivent attendre après avoir déversé leur flot de touristes à la Sagrada Familia. Allié à l’automaticien allemand Moba, Urbiotica a installé dans Barcelone des capteurs de niveaux sur une quarantaine de bacs à déchets afin d’optimiser les tournées de collecte. Un prototype qu’Urbiotica a bien l’intention d’exporter. Ce que la start-up a déjà réussi avec le stationnement intelligent. Après le pilote catalan, Urbiotica a fourni, en partenariat avec l’ingénieriste français Mentis, une solution complète d’aide à la mobilité à Nice, où 8 000 places devraient être équipées d’ici à la fin de l’année.

"L’intérêt de ces projets pour nous est de mieux comprendre les besoins des différents services de la ville, ainsi que l’architecture de leurs systèmes", précise Jean-François Balcon, responsable des smart cities pour Cisco France. Avec sa stratégie, affirmée en 2012, de décloisonner les silos formés par les différents services de la ville, avec une plate-forme unifiée de capteurs et d’actionneurs, Barcelone est un observatoire idéal. Mais aussi un attrayant marché. La ville a en effet lancé un processus de "dialogue compétitif" pour définir et bâtir son système d’exploitation, "City OS". Schneider y participe avec Capgemini, Cofely Ineo avec Sinovia, IBM, Accenture… sont sur les rangs. "La ville veut passer à des déploiements à grande échelle pour obtenir un réel impact des solutions smart", explique Maria Serrano Basterra, la directrice du centre d’excellence Smart Cities de Schneider. Pas de doute, pour les industriels de la smart city, Barcelone est un passage obligé.

Manuel Moragues

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale