Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Bernard Magrez soigne aux data la qualité de ses vins

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Cas d'école En 2013, le groupe viti-vinicole Bernard Magrez investit 50 000 euros dans un drone de Novadem pour optimiser l'exploitation de quatre de ses domaines du Médoc. Exametrics cartographie les vignobles à partir des prises de vues. Le recueil de ces données impacte les méthodes de travail.

Bernard Magrez soigne aux data la qualité de ses vins
Bernard Magrez soigne aux data la qualité de ses vins © Novadem

C'est devenu une habitude sur les domaines bordelais de Bernard Magrez : à partir de mai, un drone survole ses vignobles (Pape Clément et La Tour Carnet, principaux sites-pilotes, Fombrauge et Clos Haut-Peyrague), une fois par mois, puis tous les quinze jours entre juillet et jusqu'aux vendanges. L'appareil, un "U130" conçu par Novadem (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône) et équipé d'un capteur NDVI*, prend une multitude de photos que la société Exametrics (Rivesaltes, Pyrénées-Orientales) transforme en cartes.

 

cartographier les sols

Objectif : repérer les zones les plus vigoureuses, les classer en trois catégories (faible, moyenne, haute) afin de déterminer les travaux ou opérations (effeuillage, éclaircissage...) les plus adaptés à leur apporter. "A l'intérieur d'une même parcelle, nous pouvons définir les degrés d'homogénéité des différents segments, explique Jeanne Lacombe, responsable des propriétés et accessoirement "télépilote" du drone. Cette analyse minutieuse nous conduit à travailler le vignoble de manière plus pointilleuse. Le vigneron n'est pas près d'être remplacé par la technologie ! Du fait de sa complexité, la méthode ne permet pas de gagner du temps, mais les données collectées nous servent à vinifier au chai des raisins plus homogènes et à accroître la qualité finale de nos productions. Nous survolons également des parcelles qu'on souhaite planter pour évaluer les courbes de niveau, les pentes d'écoulement des eaux... et ainsi définir les plans de drainage".

 

Si Jeanne Lacombe assure devoir passer obligatoirement par un prestataire spécialisé pour concevoir les cartes à partir des prises de vues du drone, leur étude et les conclusions à en tirer ne peuvent relever à ses yeux que de professionnels du vin. "Personne n'est mieux placé que nous pour analyser les cartographies et en déduire les travaux viticoles à déclencher !" dit-elle.

 

Etudier les maladies du bois

La directrice d'exploitation s'emploie donc à approfondir sa démarche. Elle participe à un groupe de recherche pour mieux détecter les maladies du bois. Un projet sur trois ans. "Nous serons sollicités pour les essais sur le terrain. A plus long terme, il faudrait que ces technologies aident les vignerons à détecter plus rapidement des maladies de la vigne. Là est leur vraie attente". Les domaines Bernard Magrez sont ainsi associés au consortium du projet de R&D DAMAV, porté par Novadem et colabellisé par les pôles de compétitivité SAFE (ex-Pégase et Risques), Vitagora et Aerospace Valley, qui vise à développer une solution automatisée des maladies de la vigne par survol des parcelles par micro-drone. Ciblée en premier lieu : la flavescence dorée qui colore et déforme le feuillage et dessèche les grappes. Les solutions clés en mains qui doivent en découler devraient permettre d'identifier ensuite d'autres maladies visibles sur les feuilles (Esca, Mildiou...). 

 

en attendant la mesure des grappes

Pour Jeanne Lacombe, les besoins potentiels des domaines ne manquent pas. "On peut imaginer de doter à l'avenir le drone d'une caméra déportée pour descendre dans les rangs de vignes et procéder à des mesures sur les grappes pour estimer la maturité, la richesse en sucre, les rendements...". Mais y répondre exige des moyens humains, techniques et financiers qui lui font dire que "l'agriculture de précision n'est pas à la portée de tout le monde".

 

*NDVI : Normalized Difference Vegetation Index. Cet indice de végétation permet de mesurer la densité et la vigueur du feuillage.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale