Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Big data, IoT, véhicules autonomes : les défis de la transformation digitale de la RATP

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La RATP s'est dotée en novembre 2015 d'une direction Stratégie, innovation et développement directement reliée au comité exécutif et menée par Nathalie Leboucher. Son équipe planche sur une stratégie digitale pour le groupe. Elle présente les enjeux de cette transformation à L'Usine Digitale.

Big data, IoT, véhicules autonomes : les défis de la transformation digitale de la RATP
Big data, IoT, véhicules autonomes : les défis de la transformation digitale de la RATP © RATP

La RATP a entamé sa mue digitale... mais elle tarde à le faire savoir. "On préfère agir avant de communiquer", plaide Nathalie Leboucher, nommée en novembre 2015 directrice Stratégie, innovation et développement du groupe. Un poste directement relié au Comex, pour matérialiser l'importance de la transformation digitale et environnementale de l'entreprise.

 

Elle dit avoir trouvé des équipes en ordre de marche dans les nombreuses divisions et métiers du groupe. "La RATP, ce n'est pas que le réseau de transports à Paris ! L'entreprise est présente dans 14 pays et dispose de filiales dans la billettique, l'immobilier, les télécoms..." Nathalie Leboucher a pour mission de faire remonter les meilleures pratiques venues du terrain, d'en susciter de nouvelles et de bâtir une stratégie groupe. Avec l'objectif de "créer de la valeur et de la différenciation, dans un contexte de concurrence classique (avec une ouverture progressive des bus, métros, tramways à la concurrence dans les prochaines années) et disruptive", résume-t-elle. Elle dispose d'une équipe d'une soixantaine de personnes et d'un budget d'investissement de 30 millions d'euros.

 

équipes et équipements déjà connectés

Nathalie Leboucher, directrice Stratégie, innovation et développement et Vania Ribeiro, responsable de la stratégie digitale

 

Les métiers et équipements de la RATP sont déjà largement numérisés, a constaté l'ancienne pilote du programme Smart city d'Orange à son arrivée. "L'un des premiers challenges quand on arrive dans une entreprise est de connecter les outils de travail et les équipes. J'ai été agréablement surprise de constater que chez nous, la plupart des équipements en gare, en station et tous les véhicules sont déjà connectés. Nos agents et mainteneurs sont aussi équipés. On a un réservoir de données déjà très important."

 

"Le big data est pour nous un sujet majeur, pour créer de nouveaux services et améliorer notre efficacité opérationnelle : optimiser l'exploitation du réseau et la maintenance, par exemple", ajoute Vania Ribeiro, responsable de la stratégie digitale. La RATP va bientôt créer un "centre de données" pour travailler sur ces sujets. Elle a par ailleurs testé les réseaux de communication bas débit Sigfox et LoRa et développe des cas d'usage pour ajouter de nouveaux types de capteurs sur les matériels.

 

les transports autonomes, pour inventer de nouveaux services

Outre l'IoT et le big data, l'un des grands sujets stratégiques pour la RATP est lié aux transports autonomes. Un secteur dans lequel elle a acquis une certaine expertise dans son cœur de métier. "Nous sommes l'un des leaders mondiaux du métro automatique : on a été parmi les premiers à réussir l'automatisation d'une ligne de métro (la ligne 1, en 2012). C'est beaucoup plus compliqué que de construire une ligne entièrement automatique, ce que l'on a fait avec la ligne 14, rappelle la directrice Innovation. Ce savoir-faire s'exporte dans le monde, car il y a un mouvement global pour automatiser les métros."


10 challenges avec 50 start-up à Viva Technology
"Station to station", "Relax", "Baby you can drine my car"… la RATP a choisi des noms de chansons pour nommer les challenges lancés aux start-up de la mobilité, du 30 juin au 2 juillet au sein de "Viva Technology" à Paris. Chacun de ces défis a été imaginé suite à des remontées du terrain. Les 50 start-up participantes planchent sur les nouveaux services en station, des modes de déplacement moins polluants, des outils d'information voyageurs...
La RATP fait de cet événement le point de départ de ses nouvelles relations avec les start-up. Leur place dans l'écosystème RATP sera l'un des points à définir dans le nouveau Plan digital du groupe. Une chose est sûre : celui-ci ne s'interdit pas d'investir dans des jeunes pousses en piochant dans les 30 millions d'euros mis à disposition par la direction de l'entreprise.
La mobilité autonome, c'est aussi (et surtout) la voiture et le bus sans chauffeur. La RATP s'intéresse de près au sujet, et vient d'annoncer l'achat de deux navettes autonomes pour des premiers tests. "Nous réfléchissons aux nouveaux services de transport que cela va générer. On peut imaginer à l'avenir qu'au départ d'une gare RER en grande couronne, on ait un service de navettes  autonomes pour permettre aux gens de rentrer plus facilement chez eux, en complément des transports existants."


Nathalie Leboucher compte bien se pencher sur "toutes les nouvelles formes de mobilité urbaine", comme l'autopartage ou le covoiturage, avec des degrés d'intervention divers. La RATP lancera-t-elle ses propres services, s'appuiera-t-elle sur des partenaires, rachètera-t-elle des start-up ? C'est encore trop tôt pour le dire. "Nous aurons une approche prudente, avec un objectif de croissance maîtrisée, et donc un certain besoin de rentabilité, commente-t-elle. On va cibler nos partenariats et nos investissements pour qu'ils soient vraiment créateurs de valeur."

 

Le 4G pour tous en 2018

La RATP se fixe une autre priorité : améliorer l'information en direction voyageurs toujours plus mobiles et connectés. "Le smartphone est devenu un outil de travail tellement important que les gens souhaitent pouvoir gagner du temps sur leur journée de travail dans les transports, en faire un moment utile", reconnaît Nathalie Leboucher.


Cela passe par l'amélioration des réseaux de communication dans les gares et dans les rames, bus et tramways, qui permettra de développer de nouveaux services. "On a déjà la 2G partout sur notre réseau parisien, on peut appeler et envoyer des SMS, mais il y a des limitations de débits et de capacités aux heures de pointe. La 3G et la 4G arriveront partout en 2017-2018. Aujourd'hui on a trois lignes relativement bien équipées, le RER A, le B et la ligne 1."

 

Une stratégie digitale groupe pour fin 2016

Les priorités stratégiques ne manquent pas. Elles seront affinées, complétées, assorties d'objectifs précis et budgétisés, d'ici la fin de l'année, au sein de la stratégie Innovation du groupe en cours d'élaboration. Un plan qui n'oubliera pas l'open innovation (qui se traduira par une plus grande ouverture des données de l'entreprise) et l'acculturation digitale des salariés. La RATP a déjà sa communauté d'innovateurs internes, les "Bougeurs", au sein d'un programme qui existe depuis trois ans. "Numa va nous aider  à incuber 7 projets de nos bougeurs", révèle Nathalie Leboucher.

 

Cette dynamique aidera peut être aussi à attirer de nouveaux bougeurs venus de l'extérieur, des talents du numérique que la direction compte bien convaincre à rejoindre l'entreprise. Car la RATP aura besoin de nouvelles compétences pour se transformer.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Dekiouk

04/07/2016 09h22 - Dekiouk

La stratégie digitale doit réinventer nos approche en mobilité. Un exemple : pour la france 2025 doit on avoir des plateformes multi-modaux NUMERIQUES permettant à qui conque de sortie, bougé. Votre approche est très intéressante faire interagir l ensemble des salariés du groupe. À suivre M Dekiouk

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale