Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Carlo Bozotti défend le modèle intégré de STMicroelectronics

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vu ailleurs Dans un entretien accordé aux Echos, le PDG de STMicroelectronics écarte la tentation du modèle fabless et rassure sur l’avenir du site de production Crolles 2, près de Grenoble. Il justifie le maintien du modèle industriel intégré du groupe par le besoin de différenciation en technologie.

Carlo Bozotti défend le modèle intégré de STMicroelectronics
Carlo Bozotti, PDG de STMicroelectronics
La sortie programmée de STMicroélectronics des circuits numériques avancés pour décodeurs et box internet soulève des interrogations sur l’avenir de ses usines, notamment en France. Dans un entretien accordé aux Echos, Carlo Bozotti, le PDG du groupe, tente de rassurer les salariés, les syndicats et les élus locaux en écartant toute tentation de devenir fabless, c’est-à-dire sans usines. Il va même jusqu’à défendre le modèle industriel intégré actuel de l’entreprise par un impératif de différentiation technologique.
 
Technologie FD-SOI, facteur de différentiation
"C’est particulièrement crucial de produire en interne pour nos technologies à valeur ajoutée, celles qui nous permettent de nous différencier, comme le FD-SOI . Cela l’est aussi pour certains produits, comme pour l’automobile, où les constructeurs veulent être sûrs d’être livrés dans les temps et de la rigueur du contrôle qualité. Il y a donc un net avantage à les faire fabriquer chez nous et pas à Taïwan, contrairement aux produits pour décodeurs, où il n’y a pas de différenciation technologique possible. Au final, avoir nos propres usines nous permet de nous différencier à la fois sur les produits et sur les technologies."
 
L'usine de Crolles de 300 mm reconfigurée pour fabriquer d'autres circuits
La sortie des décodeurs et box internet touche l’usine Crolles 2, près de Grenoble, qui constitue le site de production le plus avancé du groupe fabriquant les puces sur tranches de 300 mm de diamètre, contre 200 ou 150 mm pour ses autres usines. Là encore, Carlo Bozotti balaie les craintes des syndicats de voir le site fermé à terme. "Il n’y a aucune inquiétude à avoir sur le site de Crolles. Il y a quelques années, l’usine travaillait quasiment à 50 % pour Nokia Mobile. Nous avons dû assurer la transition d’une production de technologies standards adressant des produits grand public vers des technologies différenciées, diversifiant ainsi le site vers des produits destinés à l’ Internet des objets, la voiture connectée ou les capteurs d’image spécialisés. Cela assurera une longue vie au site de production et permettra son extension."
 
Reprise des investissements de production
Le patron de STMicroelectronics a même annoncé le projet d’investir 150 millions de dollars pour l’extension de la capacité de production de l'usine Crolles 2 sur un investissement industriel total de 600 millions de dollars en 2016.
 
 
 
 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale