Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Cebit 2016 : L'Allemagne aussi se rêve en République numérique... en 2025

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le ministre allemand de l'économie Sigmard Gabriel annonce un plan pour le numérique à l'occasion du Cebit, le congrès de la “transformation digitale” qui se tient cette semaine à Hanovre. Il table sur la cybersécurité et la fibre “made in Germany” pour entraîner les PME dans l'ère digitale.

Cebit 2016 : L'Allemagne aussi se rêve en République numérique... en 2025
Cebit 2016 : L'Allemagne aussi se rêve en République numérique... en 2025 © Warein Holgado - Flickr - C.C.

Ce n'est pas un hasard si le ministre allemand de l'Economie, Sigmar Gabriel, a choisi d'annoncer une nouvelle stratégie pour faire de l'Allemagne une “république numérique” lors de l'ouverture du Cebit, cette grande vitrine de la technologie IT “made in Germany”, le 14 mars à Hannovre.

 

A 30 ans, le salon international de l'informatique a fait sa mue : il se présente désormais comme “le” Congrès de la transformation numérique des entreprises et des hommes qui la font. Voilà qui tombe bien puisqu'avec sa “nouvelle stratégie digitale 2025”, Sigmar Gabriel veut faire de l'Allemagne un leader mondial des services numériques et entraîner dans ce sillage les PME, qui fondent les bases de l'économie allemande.

 

Un plan fibre de 100 milliards d'euros

Il y a encore du pain sur la planche pour développer les “fondamentaux.”  “L'Allemagne n'a pas d'internet très rapide”, constate le gouvernement allemand dans sa nouvelle “stratégie numérique”Outre Rhin, seuls 15% des utilisateurs d'Internet obtiennent un débit de plus de 15Mb/seconde, contre 53% en Corée ou 32% aux Pays Bas, précise le document. Sigmar Gabriel annonce donc un grand plan pour la fibre optique, dont le coût total sur dix ans est estimé à 100 milliards d'euros. Le gouvernement mettrait en place un “fonds d'investissement pour le futur” de 10 milliards destiné aux zones rurales.

 

Côté cybersécurité, l'Allemagne est plutôt bien placée dans la course. Elle a fait de sa législation rigoureuse sur la protection des données un argument de vente pour garder le stockage des données à la maison. De fait, 83% des entreprises allemandes souhaitent que leurs données soient stockées en Allemagne, selon un sondage réalisé par Bitkom, l'association allemande des industries du numérique.

 

Deutch Telekom garant de la cybersécurité

La tendance n'a pas échappé à Microsoft, qui “vend” à Hannovre le fait d'avoir installé en Allemagne des centres de données pour ses services de cloud. Des centres dont la firme américaine a donné les clefs à Deutsch Telekom, affichant ainsi son indépendance à l'égard des services de renseignements américains.

 

La demande de services de sécurité devrait suivre. Neuf entreprises allemandes sur dix ont déjà subi des attaques ou incidents informatiques, selon une étude sur la cybersécurité en Allemagne réalisée pour Deutsch Telekom par l'institut d'opinion Allensbach. Or, seules 44% d'entre elles ont mis en place des solutions pour protéger les échanges de données entre leurs centres de production et de contrôle.

 

Les entreprises à la traine

Lors du CeBIT, Deutsch telekom et son concurrent Vodafone rivalisent dès lors d'annonces sur la "simplicitée" de leurs services de cloud destinés aux entreprises et aux connections de  "machines à machines". Secusmart, l'entreprise de Dusseldorf rachetée par le canadien Blackberry, présentera de son côté ses plateformes de sécurité pour mobile.

 

Reste le facteur humain. Seules 2% des entreprises allemandes de 500 employés ont désigné un CDO responsable de la transition numérique, constate une enquête par Bitkom juste avant le Cebit...

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale