Actualité web & High tech sur Usine Digitale

CES 2016 : L'Oréal dévoile un patch connecté pour suivre son exposition aux UV

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L'incubateur californien de L'Oréal a profité du CES pour dévoiler sa quatrième innovation : un patch ultrafin à porter sur la peau pour être informé en temps réel de son exposition aux UV. Il pourrait être lancé d'ici l'été par La Roche-Posay dans 15 pays.

CES 2016 : L'Oréal dévoile un patch connecté pour suivre son exposition aux UV
CES 2016 : L'Oréal dévoile un patch connecté pour suivre son exposition aux UV © Sylvain Arnulf - L'Usine Digitale

Si L'Oréal n'est pas (encore) exposant au CES de Las Vegas, il dispose néanmoins d'une suite privée pour présenter les dernières innovations de son incubateur californien. C'est dans cette pièce, 31 étages au-dessus du salon grand public, qu'il présente le quatrième projet issu de son laboratoire d'innovation numérique : de la technologie à porter d'un nouveau genre.

 

"Depuis la création de l'incubateur, il y a trois ans et demi, j'ai toujours voulu travailler autour des wearables, confie Guive Balooch, vice-président du Connected Beauty incubator du groupe. Mais pas pour créer un énième bracelet. On en voit déjà des centaines au CES qui ressemblent tous et ont les mêmes fonctions, toutes basées sur un accéléromètre. On a voulu créer quelque chose de différent''.

 

Une seconde peau connectée

L'incubateur s'est donc rapproché de la start-up américaine MC10, basée à Cambridge, spécialiste de l'électronique ultrafine. "Ils ont fourni leur technologie, nous avons apporté notre maîtrise des algorithmes et notre connaissance du marché de la cosmétique, résume Guive Balloch. On travaille avec une autre start-up, PCH, présente à San Francisco et Shenzhen, sur l'industrialisation".

 

Ensemble, les trois partenaires ont inventé un patch connecté en forme de coeur, ultrafin, que l'on peut garder sur soi pendant cinq jours. La surface de cette seconde peau est recouverte de carrés pigmentés, qui réagissent à l'exposition aux UV. Grâce à une puce NFC, le patch peut communiquer avec l'application mobile associée, "Love your skin". Il suffit de flasher son tatouage éphémère avec son smartphone pour que des graphiques, statistiques et conseils soient prodigués, afin de mieux se protéger du soleil, et notamment des redoutables UVA. Un système de notifications est prévu.

 

Une approche marketing à définir

La mise au point du patch connecté va se poursuivre lors du premier semestre, avant un lancement commercial dans 15 pays, sous la marque La Roche Posay, dans le courant de l'année. Ce patch sera-t-il offert avec des produits de la marque, vendu séparément, distribué en boutiques pour les clients les plus fidèles ? Les équipes marketing de L'Oreal planchent sur le mode de distribution le plus pertinent.

 

Mais promis, juré, avec ce projet, L'Oreal ne cherche pas à obtenir encore plus de données sur ses clients, comme il le fait (mais de façon anonymisée) avec son application Make up Genius, téléchargée 15 millions de fois depuis son lancement. "Nous sommes extrêmement sensibles à la question de la protection de la vie privée, notre culture européenne y contribue, souligne Guive Ballooch. L'idée, comme pour Make up Genius, n'est pas forcément de vendre, mais de permettre de la personnalisation, du conseil, insiste-t-il. D'ailleurs, sur Make up Genius, il n'y a pas d'obligation de créer un compte utilisateur ou d'acheter".

 

D'autres innovations dans les cartons

L'équipe du Connected Beauty Incubator, répartie entre les Etats-Unis, la France, et Singapour, prépare d'autres services et produits innovants, en lien avec des start-up qu'elle a identifiées. Après avoir travaillé sur la bio-impression de peau synthétique, puis créé une "box" d'analyse de la peau pour trouver le fond de teint parfait, l'équipe pluridisciplinaire, qui compte 25 personnes, est prête à s'attaquer à d'autres chantiers technologiques, comme la réalité augmentée et virtuelle. "L'Oréal ne nous pose pas de barrière, on a la liberté d'explorer de multiples sujets", se félicite Guive Balooch.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale