Actualité web & High tech sur Usine Digitale

CES 2016 : Le chinois Ehang présente un drone géant pour transporter les gens

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le fabricant de drone chinois Ehang a profité du CES pour dévoiler le 184, un drone géant capable de transporter un passager sur une courte distance.

CES 2016 : Le chinois Ehang présente un drone géant pour transporter les gens
CES 2016 : Le chinois Ehang présente un drone géant pour transporter les gens © Ehang

Le fabricant de drone Ehang avait prévenu qu'il ferait une "annonce majeure" au Consumer Electronics Show de Las Vegas. Il n'a pas déçu. L'entreprise chinoise a présenté le 6 janvier le prototype du 184, un quadricoptère surdimensionné capable de transporter une personne dans les airs de façon complètement autonome.

 

Un quadricoptère géant

Ce "véhicule de transport personnel" (FPV) est le troisième produit de l'entreprise, après deux versions du Ghost, un drone récréationnel classique. Il fait la taille d'une petite voiture, 2 mètres x 1 m sans les hélices (3,8 m x 3,8 m avec) et pèse 200 kg (sa structure est en fibre de carbone). Il est capable de voler pendant 23 minutes jusqu'à 500 m d'altitude et à une vitesse maximale de 100 km/h.

 

De quoi couvrir une distance d'environ 15 km, avec un occupant dont le poids maximal serait de 120 kg. Tout électrique, il lui faudrait ensuite entre 2 et 4 heures pour recharger ses batteries. Il est aussi équipé de l'air conditionné, d'une connexion 4G et d'un espace de stockage pour un sac à dos. Ehang annonce vouloir commercialiser le 184 courant 2016, pour une somme comprise entre 200 000 et 300 000 dollars.

 

Une ambition difficilement réalisable

L'avantage du Ehang 184 par rapport à un bon vieil hélicoptère ? Il est complètement autonome, du décollage à l'atterrissage. La destination peut-être indiquée à l'aide d'une application mobile. Reste le problème de la sécurité et des réglementations. Les drones récréationnels sont déjà dans le viseur des autorités de régulation un peu partout dans le monde, qu'il s'agisse de la DGAC en France ou de la FAA aux Etats-Unis. Un véhicule de cette taille, et qui plus est censé transporter un pilote, n'a aucune chance d'être autorisé à voler en l'état.

 

Car les aéronefs à voilure tournante requièrent déjà de manière générale une attention particulière à la sécurité dû à leur mode de fonctionnement, mais le problème est magnifié dans le cas du Ehang 184. Pourra-t-il corriger sa trajectoire en temps réel pour éviter un obstacle en fonction de la densité de l'air ou de conditions climatiques difficiles ? Qui effectuera les contrôles avant un vol pour s'assurer que tout est en ordre ? Autant de questions auxquelles Ehang devra répondre s'il veut être pris au sérieux.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale