Actualité web & High tech sur Usine Digitale

CES 2016 : le sex toy connecté d'E.Sensory promet des sensations fortes aux lectrices de textes érotiques

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Jusqu'au CES 2016, L'Usine Digitale vous présente chaque jour une start-up française exposante. Aujourd'hui, coup de projecteur sur E-Sensory, qui a créé un sex toy connecté à des livres virtuels érotiques. Mais le projet de la jeune pousse est bien plus large : elle veut permettre à ses clients de ressentir des sensations physiques (froid, chaud, pulsations...) lorsqu'ils consultent des contenus numériques (films, jeux vidéos...) via différents types d'objets connectés, comme des vêtements.

CES 2016 : le sex toy connecté d'E.Sensory promet des sensations fortes aux lectrices de textes érotiques
CES 2016 : le sex toy connecté d'E.Sensory promet des sensations fortes aux lectrices de textes érotiques © B.Sensory

A lire aussi

Start-up, le prototype de votre objet connecté est prêt ? 95% du chemin reste à parcourir

Start-up, le prototype de votre objet connecté est prêt ? 95% du chemin reste à parcourir

Spinali Design fait chauffer internet avec son smart bikini anti-UV

Spinali Design fait chauffer internet avec son smart bikini anti-UV

La France des objets connectés: Cityzen Sciences confectionne des D-shirts

La France des objets connectés: Cityzen Sciences confectionne des D-shirts
E.Sensory veut créer chez ses futurs clients des sensations physiques, grâce à des objets connectés comme des vêtements, liées à un contenu numérique (audio, vidéo, texte). "Cela pourrait fonctionner avec des jeux vidéo, ou des films. Imaginez vous en train de regardez un James Bond. Si vous pouviez sentir l'accélération des battements cardiaques du héros, ou une sensation de froid lorsqu'il s'est pris une balle... Tout serait plus intense !", illustre Christel Le Coq, fondatrice et PDG de la start-up créée en novembre 2014 et basée à Brest. 
 
Elle se rend en janvier au Consumer Electronics Show de Las Vegas pour rencontrer des investisseurs, des magnats du cinéma, du jeu vidéo, et présenter le prototype de son premier produit... un sex toy connecté à des livres érotiques virtuels ! 
 
 
le sex toy connecté, une machine à cash ?
"Très souvent, lorsqu'une innovation high-tech arrive sur le marché, les premiers produits qui décollent et se vendent sont liés à l'érotisme. Les VHS, le Minitel, la vidéo à la demande sur Internet... Ces nouvelles façons de faire ont commencé par s'installer chez les familiers de l'érotisme avant de s'étendre au grand public", contextualise la dirigeante. Elle espère par ailleurs que ce produit, baptisé Little Bird et développé par la branche B.Sensory de la start-up, sera une machine à cash. 
 
Ce sex toy vise un public féminin. Pour l'utiliser, les lectrices doivent se connecter à la plate-forme en ligne dédiée et choisir l'ouvrage coquin qu'elles ont envie de découvrir. E.Sensory a tissé des partenariats avec six éditeurs spécialisés. Elles téléchargent le livre numérique sur leur smartphone ou leur tablette. 
 
 
lancement avant la Saint Valentin
"Nous savons quel paragraphe du texte elles sont en train de lire, car certains passages sont floutés, elles doivent souffler sur le texte ou le toucher du bout des doigts pour pouvoir continuer la lecture." La plate-forme développée par E.Sensory, qui relie le livre au sex toy, peut ainsi déclencher les vibrations de l'appareil au moment où l'histoire devient torride. "Comme beaucoup de lecteurs, en passant au numérique, j’ai souvent regretté le contact avec le papier, son odeur, le bruit des pages que l’on tourne... Avec Little Bird, la lecture redevient physique", explique la patronne. 
 
Pour l'instant, la start-up s'occupe de l'augmentation du contenu, en décidant du type et de la puissance des vibrations du Little Bird en fonction des paragraphes, mais la lectrice peut aussi régler l'appareil selon ses désirs. "Nous développons actuellement notre outil pour qu'il soit maniable par le quidam. Dans le courant de l'année prochaine, les auteurs des textes pourront eux-mêmes décider de leurs effets", explique Christell Le Coq. La start-up espère lancer son produit avant la Saint Valentin en France et compte rapidement le vendre dans les pays francophones.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale