Actualité web & High tech sur Usine Digitale

CES 2016 : Ween lève 2 millions d'euros pour tenter de gagner la bataille des thermostats intelligents

| mis à jour le 06 janvier 2016 à 00H00
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

[ACTUALISE] Jusqu'au CES 2016, L'Usine Digitale vous présente chaque jour une start-up française exposante. Aujourd'hui zoom sur le thermostat connecté Ween qui promet de diminuer de 25% la facture de chauffage du foyer en gérant finement l'absence de ses occupants.

CES 2016 : Ween lève 2 millions d'euros pour tenter de gagner la bataille des thermostats intelligents
Jean-Laurent Schaub et Nathanaël Munier, co-fondateurs de Ween © Ween

Actualisation du 6 janvier : à l'occasion du CES, Ween annonce avoir levé 2 millions d'euros auprès du Crédit Agricole Alpes-Provence et de sa structure CAAP Création, du fonds régional PACA Investissement, de la banque publique d'investissement BPI et des business angels issus de la plateforme de crowdfunding Smart Angels. Cette somme lui permettra de financer le lancement de son produit, prévu en 2016.

 

Après Netatmo puis Qivivo, une autre start-up française, Ween, arrive sur le marché (encombré) des thermostats connectés. Cette jeune pousse basée à Aix-en-Provence veut se distinguer des modèles connectés ou apprenants (comme l'américain Nest) en misant sur une gestion en temps réel des absences des habitants de la maison.

 

les smartphones comme capteurs de présence

Plutôt que de s'appuyer sur des capteurs de mouvements pour savoir si les occupants ne sont pas là, le thermostat (compatible avec tout type de chauffage) prend en compte la localisation de leur smartphone en temps réel. "Notre produit est le seul à exploiter 100% des absences. En baissant la température à chaque fois que le logement est vide, on peut réaliser près de 30% d'économies d'énergie, contre 10-15% pour les autres thermostats connectés", annonce Jean-Laurent Schaub, co-fondateur de la société. Ween, en suivant plusieurs smartphones, peuvent savoir si les habitants se rapprochent du foyer et peut donc remonter progressivement la température avant leur arrivée.

 

La start-up promet qu'elle ne connaît pas la position géographique exacte de chaque utilisateur : leur smartphone transmet simplement une sorte d'indice de distance crypté permettant d'estimer leur niveau de proximité. Cette méthode d'ajustement en temps réel serait plus efficace que celle qui consiste à apprendre les habitudes des utilisateurs. Surtout pour ceux qui n'ont pas d'horaires fixes et des routines établies.

 

Pour faire connaître son produit, Ween a mené une campagne de financement sur la plate-forme française Kiss Kiss Bank Bank fin 2014. 42 000 euros ont été levés. Depuis, environ 500 exemplaires ont été pré-vendus. Le "vrai" lancement commercial aura lieu au premier trimestre 2016 : Ween sera alors disponible chez des spécialistes de l'électronique et du bricolage, et bien sûr sur internet, au prix de 349 euros.

 

un "award" inattendu

La start-up va utiliser le CES comme une rampe de lancement. Son produit a été récompensé par un "Innovation award". "On ne s'y attendait pas du tout, à vrai dire, reconnaît Jean-Laurent Schaub. Cela a clairement changé la donne pour nous, en termes de contacts et de visibilité. On est conscients d'avoir une belle chance, il faut la saisir". La start-up vise néanmoins d'abord le marché européen en priorité, avec une commercialisation dès 2016 en France, en Belgique et en Angleterre.

 

Mais elle croit aussi à un destin mondial, sans complexe, face à une concurrence de plus en plus féroce sur le segment des thermostats connectés. "Dans l'auto, il y a cinquante fois plus de marques, et chacune arrive à se différencier. Avec cinq à dix modèles en lice, il n'y a pas saturation sur le marché du thermostat", veut croire l'entrepreneur, qui ambitionne de "créer une success story B2C pour mieux attaquer le marché B2B".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale