Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Chema Alonso, l'homme qui "hacke" Telefonica de l'intérieur

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Pointure de la cybersécurité, Chema Alonso est devenu Chief data officer de Telefonica en 2016, 3 ans après le rachat de sa start-up Eleven Path par le géant des télécoms. Portrait d'un CDO pas comme les autres.

Chema Alonso, l'homme qui hacke Telefonica de l'intérieur
Chema Alonso, l'homme qui "hacke" Telefonica de l'intérieur © Telefonica

Dans une armée de quinquas aux costumes et aux cheveux gris, l'homme détonne. Chema Alonso, haut dirigeant de Telefonica, porte les cheveux longs, cachés derrière un bonnet marron et turquoise, et la barbe de trois jours. Ni costume ni cravate austère mais un tee-shirt noir et rouge arborant le visage d'un super-vilain, comme sorti d'un comics américain. Cette déclaration d'indépendance stylistique est là  pour rappeler son statut de trublion au sein d'un univers très normé, le comité exécutif d'un géant mondial des télécoms. Un symbole et un beau coup de communication pour l'entreprise.

 

start-up et stand up

Mais n'allez pas croire que l'homme de 42 ans, qui se définit comme un "amoureux de technologie" et un hacker, n'est qu'un symbole vide de sens. Le docteur en cybersécurité, diplômé en ingénierie informatique, dirige depuis 2016 l'activité "data" du groupe, qui comprend la cybersécurité et le big data. Il était "simple" start-uper et hacker lorsque Telefonica l'a repéré. Il y a encore dix ans, il ne se voyait pas vraiment occuper de hautes responsabilités. "J'avais créé ma start-up Informatica 64 en 1999 avec des amis car nous étions tombés amoureux des technologies de hacking après avoir vu le film Tron", raconte-t-il. "Nous étions une vingtaine et notre obsession était de créer de nouvelles technologies". En 2006, l'homme parcourait le pays pour le compte de Microsoft afin de donner des conférences en mode "stand up" humoristique pour sensibiliser à la sécurité informatique. Il n'imaginait pas alors vendre sa start-up à la plus grosse entreprise du pays.

 

"Et puis la crise économique de 2008 est arrivée. J'avais une énorme responsabilité envers les gens de l'équipe". Le rachat, bouclé en 2013, ne lui a pas fait perdre sa liberté, assure-t-il. "Cela paraît fou, mais je suis aussi libre qu'à l'époque". Libre de continuer à "créer des technologies", mais avec beaucoup plus de moyens. Eleven Path, 27 employés au moment du rachat, compte aujourd'hui plus de 200 salariés.

 

Transformer une entreprise quasi centenaire

Chema Alonso a participé au rachat d'autres start-up technologiques qui nourrissent le pôle data de Telefonica, notamment la division Luca. Mais sa mission est aussi de transformer le business "traditionnel" de l'entreprise. "Il y a de multiples challenges. Telefonica vient d'avoir 93 ans. Les technologies de l'époque n'ont plus rien à voir avec celles d'aujourd'hui. Nous étions un service public sous monopole, puis nous avons racheté beaucoup d'entreprises partout dans le monde ce qui nous donne une structure complexe, avec des technologies différentes, qu'il faut aligner pour répondre aux défis du monde digital. Depuis 3 ans, nous transformons nos organisations et nos modes de gouvernance  pour nous adapter".

 

 

 

Chema Alonso et José-Maria Alvarez-Pallete, le PDG de Telefonica

 

 

Le CDO a l'oreille du nouveau PDG José María Álvarez-Pallete et son poste est relié au comité exécutif. "Cela prouve que ce projet 'data' est vital pour l'entreprise". Il pourrait même lui permettre de nouer de nouveaux liens avec ses clients, grâce à de nouveaux outils technologiques. C'est le sens du projet "Aura" que Chema Alonson défend avec passion (il était invité lors de la conférence F8 de Facebook pour le présenter). "L'idée est de donner aux abonnés un accès total aux données qu'ils génèrent en utilisant nos services. Puis de proposer à d'autres acteurs, via des API, de bâtir des services avec ces données… à condition évidemment que les clients donnent leur accord". A son nouveau poste, l'homme continue donc de démocratiser les enjeux de cybersécurité et de protection des données pour le grand public.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale