Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Chez Eugène Perma le digital commence par la prise de commandes

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Cas d'école Eugène Perma voulait juste moderniser son outil de la gestion des clients. L'adoption d'une solution Saleforces l'a amené à revisiter toute la prise de commandes chez les clients coiffeurs et distributeurs. Donnant d'un coup une image digitale à la marque de produits capillaires presque centenaire. 

Chez Eugène Perma le digital commence par la prise de commandes
Chez Eugène Perma le digital commence par la prise de commandes

"Notre marché est en pleine mutation et nous devons être prêts pour un éventuel Nespresso de la coiffure", lance Florence de Noray, la directrice exécutive finance et stratégie du groupe Eugène Perma. Cette ETI de 96 ans est spécialisée dans les soins et traitements capillaires (Biorène, Kéranove, Eugène Color, Pétrole Hahn), et compte 400 personnes.

 

Des tablettes pour la prise de commandes

Recrutée fin 2014 pour conduire sa transformation, Florence de Noray a un double objectif : doper la performance et atteindre 120 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020. Dans cette stratégie, le numérique n’est qu’un moyen, notamment pour revisiter totalement le dispositif de prise de commandes, même si, au départ, l’entreprise n’avait demandé à Salesforce qu’un outil de gestion de la relation client.

 

Le logiciel de salesforce, qui sera déployé au deuxième semestre, doit donner aux 60 commerciaux un parcours de prise de commandes transparent, simplifié et convivial, sur leurs tablettes. Un véritable saut quantique. "On passe d’un écran noir de terminal AS400 avec une police verte à des tablettes et un outil convivial et intuitif", explique Florence de Noray.

 

Changer l'image

Mais l’enjeu est bien plus grand puisqu’il concerne l’évolution de l’image de l’entreprise. Plus question pour un commercial d’arriver chez un coiffeur ou dans un salon professionnel uniquement avec des documents papiers. Le projet embarque les trois directions – commercial, support, marketing – et touche toute l’entreprise. "Il n’y avait pas eu de projet informatique majeur depuis la refonte, il y a une quinzaine d’années, des logiciels de paie et de comptabilité", précise la directrice finance et stratégie.

 

L’ETI avance pas à pas, mais rêve déjà de photos, voire de vidéos de ses nouveaux produits, disponibles en temps réel pour les forces de vente et le patron du marketing. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale