Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Cinq chiffres-clés pour comprendre le phénomène foodtech

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

A l'événement Totem sur la foodtech organisé par Le Hub Bpifrance le 7 décembre 2016, le co-fondateur de l'accélérateur Shake up Factory Kevin Camphuis a livré quelques chiffres clés pour comprendre l'essor de la filière foodtech, en France et dans le monde.

Cinq chiffres-clés pour comprendre le phénomène foodtech
Cinq chiffres-clés pour comprendre le phénomène foodtech © Mali Maeder - Pexels CC0 Licence

3 500

C'est le nombre de start-up de la foodtech dans le monde qui déploient de nouvelles technologies et des services innovants dans la production alimentaire, la transformation, la distribution, "du champ à l'assiette". IoT, robotique, drones, intelligence artificielle, e-commerce… les sujets technologiques sont nombreux.

 

38 milliards de dollars

C'est la somme investie par plus d'un millier d'investisseurs dans des start-up de la foodtech ces trois dernières années : la moitié par des VC, l'autre par le biais d'introductions en bourse. De premières licornes, valorisées plus d'un milliard de dollars, sont nés en 24 mois à peine comme Delivery Hero (Allemagne), Ele.me (Chine), Hello Fresh (Allemagne), Instacart (Etats-Unis)…

 

31%

C'est la part des sommes levées ces trois dernières années dans la foodtech qui concernent le sous-segment du "food delivery", la livraison de produits ou de repas. Suivent l'agri-tech (23%), et l'innovation produit à égalité avec le retail/logistique (16%)

 

0,45%

C'est le poids des start-up françaises dans les investissements dédiés à la foodtech au niveau mondial ces trois dernières années ! Un paradoxe, car la France pèse 8% du PIB agro-alimentaire dans le monde, avec des leaders mondiaux dans leurs marchés. D'où l'urgence de connecter les grands groupes français aux start-up en pointe du secteur, selon Kevin Camphuis, co-fondateur de ShakeUp Factory.

 

30 millions d'euros

C'est la somme levée par l'actuel champion français de la foodtech, Wynd, un outil de digitalisation des restaurants. Suivent Alkemics (20 millions d'euros) et Frichti (12 millions). Encourageant, mais on est encore loin d'un Deliveroo capable de lever d'un seul coup 275 millions de dollars. A quand la première licorne française de la foodtech ?

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Baptiste

10/12/2016 12h07 - Baptiste

Un peu de sérieux s'il vous plaît dans les chiffres, comment pouvez vous réduire Wynd et Alkemics a des acteurs purs de la food tech? On comprend mieux comment vous arrivez au chiffre de 38bn d'investissements

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale