Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Cinq moyens de pallier la pénurie de data scientists

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

A l'occasion du salon du big data qui s'est tenu à Paris les 7 et 8 mars, une table ronde a porté sur le recrutement des compétences.  Plus rare qu'une perle, les data scientists -  ces profils qui maîtrisent mathématiques, statistiques, sciences de l'ordinateur et qui sont prêts à travailler dans le secteur privé -  ne sont pas aisés à trouver. Tout le monde se les arrache. En témoigne le montant des salaires proposés. En France, 60 000 euros annuel pour un débutant est une moyenne. Vous ne trouvez pas le bon profil ? Cinq conseils à suivre en attendant...  

Cinq moyens de pallier la pénurie de data scientists
Si l'argent fait le bonheur, les data scientists sont très heureux. © Fotolia

Qui a dit que l'argent était le seul moteur d'une vie professionnelle ? Prenez l'exemple des datas scientists. Les salaires de sorties laissent rêveurs. Les jeunes diplômés du master Big data de Telecom Paristech ont été engagés à un salaire annuel moyen de 60 000 euros. Outre-Atlantique, Jean-Paul Isson, vice président analytics et business intelligence de Monster Worldwide, estime qu'un data scientist perçoit un salaire à six chiffres. Pour un jeune diplômé sortant de l'école, il faut compter 100 000 euros minimum. 

 

Malgré ces salaires enviables, la pénurie de ces profils est forte. Aux Etats-Unis, on prévoit un manque de 190 000 professionnels en 2018.

 

En France, les difficultés existent aussi, notamment pour les grandes entreprises. Stéphan Clemençon, responsable du master Big data de Telecom Paristech indiquait que 60 % des étudiants des trois dernières promotions ont choisi d'aller travailler... dans des jeunes pousses.

 

En attendant de trouver la perle rare, il existe des moyens de pallier cette pénurie. Les professionnels invités lors du salon big data à Paris, en ont révélés quelques-uns.

 

1/ Créer une équipe avec toutes les compétences

Jean Paul Isson parie sur la constitution d'équipes avec des profils complémentaires. Si vous ne trouvez pas la perle rare maîtrisant les mathématiques, les statistiques et le computing science, constituez une équipe de personnes qui cumulent toutes ces compétences. Pour peu qu'ils aient des profils pour travailler ensemble, vous aurez des professionnels du big data.

 

Le responsable de Monster conseille toutefois d'avoir au sein de cette équipe ce qu'il appelle joliment des "navigateurs ", c'est-à-dire des personnes capables d'aller des uns aux autres, mais aussi de dialoguer avec les différents départements de l'entreprise.

 

2/ Prenez votre temps

C'est bien connu, le meilleur moyen est d'anticiper. Aussi, si vous n'êtes pas pressé, vous pouvez mettre en place une stratégie dans la durée. Jean-Paul Isson a ainsi expliqué qu'il se rendait dans les universités pour créer des relations dans la durée avant d'embaucher les spécialistes nécessaires.

 

A défaut, n'oubliez pas qu'il existe des formations pour transformer un professionnel aguerri en data scientist. Telecom Paris propose ce genre de formation continue. Raphaël Pousset Bougere, directeur du big data et des analytics du laboratoire Ipsen a recruté un profil expérimenté, complété par une formation en big data. "C'est un énorme atout, explique-t-il, car il comprend ce qui est en train de se passer, mais il connaît aussi comment pensent les gens d'avant."

 

3/ Rapprochez-vous d'une école

Stephan Clémençon, le responsable du master big data, est formel : "une formation en big data n'a de sens qu'en lien avec les entreprises, car ce sont elles qui ont des données à traîter, des besoins à satisfaire". Et si vous apportiez vos datas et votre problématiques à une école qui trouvera là un outil de travail pour ses étudiants. Au passage, vous pourrez former des liens avec des étudiants qui, le jour où ils rejoindront votre entreprise, connaîtront déjà votre manière de fonctionner.

 

4/ Adaptez-vous !

On peut pleurer sur le lait qui a débordé et qui ne retournera jamais dans la casserole ou relever ses manches et nettoyer la cuisinière souillée. C'est pareil pour l'embauche des jeunes. Au lieu de regretter qu'ils ne s'intéressent qu'aux start-ups, développez chez vous un vrai esprit start-up. Raphaël Pousset-Bougere des laboratoires Ipsen estime que l'existence d'un vrai esprit d'intrapeneurship (entrepreneuriat interne dirait-on en français) peut aider à attirer des data scientists. Même dans une entreprise traditionnelle, il est possible de créer des espaces pour des personnes qui veulent monter un business.

 

Les jeunes sont plus volages. Qu'importe, intégrez-le et créez des parcours avec eux. Depuis Telecom Paristech, Stéphan Clémençon observe que les thésards qui faisaient des carrières académiques dans le public entendent de plus en plus les sirènes du privé et sont prêts à faire des allers et retours entre le monde de la recherche et celui de l'entreprise. A défaut de mariage à vie avec un data scientist, sachez-lui proposer l'aventure qui le fera rêver.

 

5/ Mettez le paquet

On ne prête qu'aux riches. C'est donc une pratique qu'affectionneraient certaines stars du numérique, à commencer par certains GAFA. Vous avez besoin de cinq data scientists ? Embauchez en dix directement. Comme ça, vous aurez un volant pour assurer les développements à venir, sans prendre de risque. De cette façon aussi, vous vous assurez face à d'éventuelles défections de vos profils chéris.

 

Et puis, si vous y arrivez, vous asséchez le vivier. C'est toujours autant de profils que vos concurrents n'auront pas !

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale