Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Cofely Services adopte le robot Diya One pour proposer des services innovants dans les bâtiments

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La filiale de GDF Suez spécialisée dans l'efficacité énergétique et le confort dans les bâtiments des entreprises et des collectivités, Cofely Services, a investi dans la start-up Partnering Robotics pour faire de leur robot Diya One un support de nouveaux services innovant. Autonome et capable d'interagir avec l'environnement, il pourra notamment mesurer la qualité de l'air et vérifier l'état de propreté des espaces de travail.

Cofely Services adopte le robot Diya One pour proposer des services innovants dans les bâtiments
Cofely Services adopte le robot Diya One pour proposer des services innovants dans les bâtiments © Cofely Services

Quand la vie au travail se rapproche de la science-fiction. Dans quelques années, il ne sera sûrement pas anodin de croiser un robot au bureau et pourquoi pas de lui faire la conversation. Pour préparer cet avenir proche, Cofely Services, la filiale de GDF Suez spécialisée dans l'efficacité énergétique et le confort dans les bâtiments des entreprises et des collectivités, a noué un partenariat avec Partnering Robotics. Cette start-up a développé un robot baptisé Diya One, équipé d'un écran pour intéragir avec les individus et capable de se déplacer en toute autonomie. "Ce robot nous a séduit par l'intelligence de ses déplacements, il repère un environnement et le mémorise intégralement", explique Jean-Pierre Monéger, directeur général de Cofely Services.

Qualité de l'air et services généraux

Premier service proposé par Diya One : mesurer la qualité de l'air. Une fonction développée à l'origine par Partnering Robotics mais que Cofely Services a souhaité améliorer. Grâce à un partenariat avec une autre start-up, le robot pourra ainsi détecter en temps réél la présence de près de 300 polluants comme le benzène ou le formaldéhyde, afin de coller avec des réglementations de plus en plus sévères. "Si les progrès réalisés en 10 ans sont déjà impressionnant, nous cherchons encore à miniaturiser ces capteurs, résume Jean-Pierre Monéger, il y a deux mois nous en étions à un volume comparable à une boîte à chaussures et nous cherchons à aboutir à un boîtier au format paquet de cigarettes pour qu'en parallèle de Diya One, un salarié puisse directement le glisser dans sa poche".

Capable de filmer et d'intéragir avec un environnement connecté, Diya One peut également se destiner à des tâches dans le domaine des "services généraux" (ou "FM" pour "Facility management"). Le robot peut ainsi veiller à ce que les éclairages des pièces d'un bâtiment soit bien allumés ou éteints selon des critères prédéfinis comme l'occupation des lieux ou l'heure de passage. Il est aussi capable de s'assurer qu'une pièce soit correctement rangée avant une réunion ou encore veiller à la propreté des revêtements de sols.

LE co-développement avec les clients, une "rupture fondamentale"

Après six mois d'expérimentations, Cofely Services présentera les évolutions apportées à Diya One au salon Innorobo, qui se tiendra à Lyon, du 1er au 3 juillet. La production des premières préséries industrielles devrait être lancée prochainement pour commercialiser les premiers robots au cours du deuxième semestre. L'idée ensuite, ne pas proposer des solutions clés en main mais s'adapter aux besoins spécifiques. "Le client peur venir avec ses idées, nous chercherons à lui développer les services de son choix, résume Jean-Pierre Monéger. Cette démarche de co-développement et de 'test and learn' représente une rupture fondamentale avec l'ancien monde, où, pour aboutir à un produit final commercialisable, il fallait absolument passer par la direction de la recherche puis par des bureaux d'étude et des méthodes". Avec ses fonctions "à la carte", le robot de Cofely et de Partnering Robotic pourrait ainsi séduire un public large de professionnels, du restaurateur souhaitant se lancer dans la robotisation de l'accueil des clients et de la prise de commandes au grand groupe pour des missions de surveillance de grands bâtiments de bureau ou de sites industriels.

Julien Bonnet

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale