Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Comment Allianz joue des big data pour agir sur les comportements au volant

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Cas d'école Avec un boitier connecté embarqué dans le véhicule, l’assureur Allianz reçoit des informations sur le comportement du client au volant. Des données analysées pour fournir au conducteur une note sur sa conduite et des conseils pour l’améliorer. Avec en perspective, une baisse de la prime atteignant 30%.

Comment Allianz joue des big data pour agir sur les comportements au volant
Appli mobile, le nouveau lien entre l'assureur Allianz et ses clients © Allianz

Allianz France se met à l’heure de l’Internet des objets et du big data. Avec l’option "Conduite connectée", l’assureur propose à ses clients de poser dans leurs véhicules un boitier connecté de Tomtom afin de suivre leur comportement au volant. L’objectif est de les aider à améliorer leur conduite en partageant avec eux ces informations et en leur donnant des conseils d’amélioration. Avec la promesse d’une réduction de la prime d’assurance en fonction de l’effort de progression.

 

Calcul de 3 notes de conduite au volant

"Nous n’avons pas choisi le boîtier connecté le plus riche en fonctionnalités, affirme Delphine Asseraf, directrice du Digital chez Allianz France. Nous avons opté pour un dispositif minimaliste, sans puce GPS, plus adapté au type de services que nous voulions offrir et facile à poser dans le véhicule sans passer par un garagiste. Nous ne voulions pas tracer les déplacements des clients." Une manière de rassurer, d’emblée, sur les intentions de la compagnie.

 

Le boitier de Tomtom remonte, via le téléphone mobile, les informations sur le nombre et l’intensité des virages, des freinages et des accélérations. Des données analysées sur les serveurs d’Allianz pour en sortir trois notes sur le comportement au volant sur une échelle de 100. Les résultats sont partagés avec le client à travers une application mobile compatible avec Android et iOS. "Tout ce que nous savons sur sa conduite, le client le sait aussi, note Delphine Asseraf. C’est un choix important de transparence de notre part. C’est vertueux aussi pour le client. Parce qu’il sait comment il conduit, il va être amené naturellement à faire attention et agir sur son style de conduite."

 

La prime calculée chaque mois en fonction du comportement du client

"Nous calculons les notes en tenant compte non seulement des données de conduite mais aussi de l’environnement, du type des routes empruntées, de la fréquence d’utilisation du véhicule ou encore si la conduite se fait le jour ou la nuit, complète Patrick Leveillard, directeur technique des particuliers. Nous avons utilisé les informations de 6 millions de kilomètres parcourus pour calibrer notre modèle de calcul."

 

Allianz ne se contente pas d’évaluer la conduite du client. L’assureur propose également des conseils pour l’aider à la rendre responsable. Avec en perspective, une baisse de la prime à payer atteignant 30%. Sur son smartphone, l’assuré voit la prime à payer calculée tous les mois en fonction de son comportement au volant. "Il n’y a aucune pénalité si le client ne fait rien pour corriger sa conduite", rassure Delphine Asseraf.

 

8000 clients ont souscrit à l'option

Le boîtier détecte également les chocs violents du véhicule. Une information qui déclenche automatiquement le contact téléphonique avec le conducteur et si besoin les services d’assistance d’urgence.

 

Depuis son lancement en octobre 2015, l’offre a été souscrite par près de 8000 clients. "On n’est qu’au début de cette démarche qui combine Internet des objets et big data, confie Delphine Asseraf. On découvre chaque jour des barrières inattendues. Demain, on n’aura peut-être plus besoin de boîtier. Les informations seront transmises directement par le véhicule et pourront être croisées avec celles de partenaires."

 

L’appli mobile a été développée par l’agence digitale Novedia. Le modèle d’analyse des données et de calcul des notes de conduite a été mis au point en interne. Le projet a été mené en s’appuyant sur l’infrastructure et l’expertise du groupe en big data.

 

10 sessions de contacts par mois avec les clients

Pour l’assureur, l’enjeu est de se rapprocher des clients pour mieux les connaître et les fidéliser. Avec, au final, l’objectif de réduire les sinistres. "Il est encore trop tôt pour mesurer la baisse aujourd’hui, mais nous observons déjà une tendance positive", se contente d’indiquer Patrick Leveillard pour qui l’une des priorités du projet est de prévenir pour rendre les routes plus sûre. Pas simple, car la sécurité dépend aussi des autres conducteurs.

 

Mais pour Delphine Asseraf, ce système a surtout le mérite de créer un lien avec les clients, qui fait défaut dans l’assurance, tout en apportant quelque chose de différent sur un marché où les offres ont du mal à se distinguer les unes des autres. "Nous avons maintenant une dizaine de sessions par mois avec les clients, explique-t-elle. Autant d’opportunité pour leur proposer de nouveaux services."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale