Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Comment Capgemini trouve les profils rares avec OpenClassrooms

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Des entreprises qui cherchent des compétences numériques en vain, on en trouve.  Plutôt que de se plaindre de la pénurie, Capgemini a noué un partenariat avec la start-up OpenClassrooms pour former les profils dits "pénuriques".

Comment Capgemini trouve les profils rares avec OpenClassrooms
OpenClassrooms va former des développeurs Java pour Capgemini © OpenClassrooms

Si la transformation digitale rend le recrutement de certains profils particulièrement difficile, elle offre aussi aux entreprises qui cherchent lesdits profils de nouvelles solutions très innovantes. A l’image de l’offre que vient de lancer OpenClassrooms, une start-up qui propose des formations en ligne débouchant sur des diplômes reconnus par l’Etat.

 

Les responsables de l’entreprise ont observé la pénurie. "Prenez le métier de data scientist, on en manque, explique Pierre Dubuc, l'un des deux co-fondateurs d’OpenClassrooms. Si on a recours à un cabinet de chasse, on va en débaucher chez un concurrent, mais le constat de base, soit la pénurie de profils, reste vrai".  OpenClassrooms a décidé d’agir pour y faire face en créant une offre originale, un peu comme si l’éducation nationale décidait de travailler avec Pôle Emploi et les entreprises pour élaborer des formations correspondant aux besoins en main d’œuvre.

 

Une formation et un emploi quasi assuré

Imaginez, l’entreprise à l’origine spécialisée dans la formation à distance va, pour le compte d’entreprises, sélectionner des candidats et les former pour qu’ils soient employables par l’entreprise. Autrement dit, pour ceux qui seront intéressés par l’offre et retenus, c’est l’assurance d’avoir un emploi dans une entreprise à l’issue de la formation. Cette dernière aura été réalisée en collaboration avec l’entreprise, éventuellement en alternance, ce qui fait que l’étudiant n’a pas de frais à payer et touche une indemnité pendant sa scolarité.
 

La première expérience va se faire avec Capgemini. Objectif : former 20 développeurs Java. Pour trouver les profils idoines, ayant les motivations et les pré-requis techniques, OpenClassrooms s'est basée sur les trois millions de personnes qui se connectent chaque mois à ses serveurs. De cette façon 500 candidats ont été présélectionnés. Ces derniers ont alors suivi, s’ils le souhaitaient, le premier module de la formation. Au total, 70 profils retenus ont ainsi été transmis à l’entreprise qui a alors choisi ceux qu’elle souhaitait former en alternance.

 

Les standards du succès d'OpenClassrooms respectés

La formation comprend une remise à niveau de trois mois et commence réellement ensuite. Elle dure 15 mois en alternance. OpenClassrooms qui a développé une pédagogie associant cours en ligne et suivi à distance par un mentor personnalisé a adapté ces fondamentaux à l’univers de la formation professionnelle. "Des salariés de Capgemini vont devenir mentor afin de coacher les futurs recrues", explique Pierre Dubuc. De même, la formation proposée par la start-up s’appuie beaucoup sur la réalisation de projets, l’entreprise partenaire pourra proposer des projets spécifiques si elle le souhaite.

 

Après ce premier essai, OpenClassrooms compte bien multiplier ce type de formation pour des entreprises à la recherche de certains profils. Pour cela, la start-up va lancer un centre de formation des apprentis (CFA) profitant de dispositions contenues dans la loi El Khomri qui ouvre ce type d’enseignement aux entreprises réalisant des prestations de formation à distance.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

Chris

19/07/2017 08h01 - Chris

Rien de neuf ? Sauf le dernier point à propos des CFA en ligne quand même...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Dubelski

18/07/2017 07h44 - Dubelski

Bonjour, Rien de neuf ici. Dans les années 1980, Sema Group a formé (lui même) des centaines d'ingenieurs hors secteur a l'informatique de gestion (Mainframe et Merise). Ces acquis généraux (et non spécifiques) servent professionnellement, encore aujourd'hui. Nicolas

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale