Usine Digitale

Comment eBay a changé de visage en 10 ans

Par -

Comment eBay a changé de visage en 10 ans

Depuis 2003, la plateforme de vente en ligne eBay propose à des professionnels de vendre leurs produits à prix fixe, par opposition aux traditionnelles enchères. Ceux-ci représentent aujourd'hui plus de deux tiers de l'activité du site.

Près de dix-huit ans après sa création, le site d'achat-vente en ligne eBay continue d'être un lieu où s'échangent chaque année des millions d'objets. Dont les plus improbables : la soi-disant recette du Coca-Cola, un rockin chair pour enfant ou… un chewing-gum mâché par Sir Alex Ferguson, l'ex entraîneur star du club de football de Manchester United.

Des ventes qui rencontrent parfois un écho médiatique considérable et qui nous poussent encore parfois à nous représenter eBay comme ce qu'il était à ses débuts : un site web de ventes aux enchères d'objets d'occasion et de collection, entre particuliers.

Son visage a profondément changé. Sur les 400 millions d'articles disponibles et proposés par quelque 20 millions de vendeurs, la majorité ne sont plus vendus via un système d'enchères, encore moins par des vendeurs amateurs. 70% des revenus du site, en majorité issus d'une commission sur les transactions, proviennent désormais de la vente de produits neufs à prix fixe par des vendeurs professionnels, annonçait François Coumau, directeur général Europe chez eBay, lors d'un point presse mercredi.

Accompagner les vendeurs pros

L'intention d'origine est toujours là : ne pas être un commerçant mais une plateforme de mise en relation. Mais, changement, eBay est passé d'un marketing quasi consumer to consumer (C2C, l'échange direct entre particuliers) à du business to business to consumer (B2B2C, des services aux professionnels qui, eux, s'adressent aux consommateurs).

Ainsi, le site se destine aujourd'hui à "accompagner les vendeurs qui ont du stock", explique François Coumau. Darty, Sony et So jeans y ont déjà ouvert boutique. Et les principaux efforts d'eBay se concentrent sur les autres commerçants pour les inciter à faire de même. "Le modèle n'a pas vraiment évolué mais le visage a complètement changé", confirme Coumau.

Principale raison à cela ? L'arrivée autour de l'an 2000 d'une nouvelle concurrence, des pure players nommés PriceMinister, Cdiscount ou RueDuCommerce, faisant la part belle aux professionnels vendant leurs produits à prix fixe. L'américain n'a pas tardé pas à réagir : les vendeurs pros peuvent s'enregistrer comme tels sur le site dès 2003.

Partenariat avec PagesJaunes.fr

Le groupe accélère aujourd'hui. Il vient de passer un partenariat avec le groupe Solocal (ex-Pages jaunes). L'idée : proposer aux petites entreprises intéressées par un référencement sur pagesjaunes.fr d'ouvrir une boutique sur eBay.fr.

Car le commerce change, mais avec lui le e-commerce. "Il n'y a plus de dichotomie entre le commerce en ligne et le commerce traditionnel", analyse François Coumau. Principal argument avancé : l'émergence du "clic and collect", système où le client vient récupérer son achat directement en magasin ou dans un point relais.

Boutique du futur

Dans le genre, eBay a quelques idées derrière la tête. Le groupe a déjà testé une "boutique du futur" à New-York en partenariat avec l'enseigne de jouets Toys'R'Us. A l'intérieur, les clients ont eu la possibilité de scanner et d'acheter leurs articles via leur téléphone sans passer en caisse, grâce au système de paiement en ligne Paypal. Des bornes interactives affichaient également une sélection de jouets en se basant sur leur popularité, évaluée en sondant les annonces disponibles sur eBay.

Toujours à New-York, le groupe testerait un service permettant de se faire livrer des objets en une heure chrono, "par exemple si vous avez besoin d'une cravate en urgence", illustre François Coumau.

En France, eBay.fr a récemment fait peau neuve pour permettre aux inscrits d'afficher une sélection d'articles en page d'accueil correspondant à leurs préférences. Le site ne communique pas sur ses résultats financiers en France, mais y revendique 9 millions de visiteurs uniques par mois en moyenne.

Gabriel Siméon

Partagez l’info :

Publicité

Réagissez à cet article

Error pseudo!

Error Email!

Error Captcha!

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus