Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Comment Intel veut se libérer des PC

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Oubliés les PC qui ont fait la fortune d’Intel. La priorité du numéro un mondial des semi-conducteurs va désormais aux datacenters, à l’Internet des objets et aux mémoires non volatiles. Trois moteurs de croissance de ses revenus, comme le démontrent les résultats en 2015. Mais quid des mobiles.

Comment Intel veut se libérer des PC
Brian Krzanich, CEO d'Intel, veut libérer le groupe des PC © Intel

C’est un changement stratégique majeur chez Intel. Brian Krzanich, le CEO du numéro un mondial des semi-conducteurs, veut oublier les PC qui avaient fait la fortune de l’entreprise de Santa Clara dans le passé. Il voit l’avenir du groupe dans trois domaines clés : les datacenters, l’Internet des objets et les mémoires non volatiles. "Notre stratégie vise à capitaliser sur les besoins croissants d'infrastructure pour alimenter le monde intelligent et connecté de demain, a-t-il expliqué lors de la présentation des résultats annuels 2015. Ceci nous a conduits à faire évoluer notre modèle d'entreprise et à nous concentrer sur trois domaines clés de croissance : les centres de données, l'Internet des objets et les mémoires non volatiles. Nos résultats en 2015 reflètent cette évolution."

 

Poids des PC dans chiffre d'affaires: 58% en 2015

Les PC constituent encore la plus grande activité d’Intel même si son poids a eu tendance à baisser ces dernières années. En 2015, la division Clients, où ils sont logés aux côtés des tablettes et mobiles, affiche un revenu de 32,2 milliards de dollars, en chute de 8%. Elle représente 58% du chiffre total du groupe (55,4 milliards de dollars, en recul de 1%) et 46% de son bénéficie d’exploitation (14 milliards de dollars, en baisse de 9%).

 

Brian Krzanchi ne se fait guère d’illusion sur les perspectives dans les PC. Le déclin du marché, amorcé en 2012, atteint un niveau catastrophique avec un plongeon de 10,4% en 2015, selon IDC, ramenant, pour la première fois depuis 2008, les ventes à moins de 300 millions d’unités. Le lancement concomitant de Windows 10 par Microsoft et des processeurs Skylake par Intel, à l’été 2015, n’a pas eu l’effet de relance escompté.

 

Datacenters, Internet des objets et mémoires

Le CEO d’Intel est conforté dans sa stratégie par les bons résultats obtenus dans ses domaines de focalisation : +11% dans les datacenters à 16 milliards de dollars, +7% dans l’Internet des objets à 2,3 milliards de dollars, et +21% dans les mémoires flash à 2,6 milliards de dollars. "Ce sont trois activités très rentables qui ont apporté un chiffre d’affaires supplémentaire de 2,2 milliards de dollars en 2015, se félicite-t-il. Elles représentent déjà 40% du revenu total et 60% du bénéfice d’exploitation."

 

Des beaux résultats qu’il espère amplifier avec l’acquisition d’Altera finalisée le 28 décembre 2015.  L’idée est d’utiliser les circuits logiques programmables de cette société de 1,6 milliard de dollars de chiffre d’affaires prévu en 2016  pour accélérer la pénétration du groupe dans les datacenters et l’Internet des objets. La première offre devrait être lancée au premier trimestre 2016 sous la forme d’un composant réunissant dans le même boîtier un processeur d’Intel et un circuit logique programmable d’Altera. La production de volume est prévue en 2017. Mais d’ores et déjà, le groupe planche sur une solution intégrée regroupant dans la même puce les deux fonctions.

 

3,2 milliards de dollars de pertes dans les mobiles

Dans les mémoires non volatiles, Intel est présent aujourd’hui dans les puces flash à travers IM Flash Technologies, sa coentreprise avec Micron Technology. Le groupe mise sur le potentiel de la mémoire 3D XPoint, une nouvelle technologie de mémoire non volatile développée conjointement par les deux entreprises et présentée par Brian Krzanich comme l'innovation la plus importante dans le domaine depuis deux décennies.

 

Avec ce positionnement stratégique, Intel prend acte de son échec dans les mobiles en enterrant ses ambitions dans le secteur. Sur ce front, la situation reste critique. Les pertes d'exploitation se montent à 3,2 milliards de dollars en 2015, 1 milliard de moins qu’en 2014. Et l’objectif de Brian Krzanich est de les diminuer de 800 millions de dollars en 2016. Mais pas question de sortir du marché comme le réclament à cor et à cri beaucoup d’investisseurs. Pour le patron d’Intel, la présence dans les mobiles est indispensable au développement dans les datacenters et l’Internet des objets, deux de ses grandes priorités.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale