Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Comment le laboratoire Roche anticipe la future obligation de traçabilité des médicaments

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La première unité logistique du groupe pharmaceutique Roche met en place une nouvelle organisation et un nouveau progiciel pour être prêt en 2016. Un an avant que n’entre en application la sérialisation, nouveau principe de traçabilité des médicaments imposé par la Direction européenne de la qualité du médicament et soins

Comment le laboratoire Roche anticipe la future obligation de traçabilité des médicaments
Comment le laboratoire Roche anticipe la future obligation de traçabilité des médicaments © Roche

La contrefaçon dans le médicament est un fléau mondial largement amplifié par le e-commerce. Il lèse les laboratoires et les officines, mais surtout, met en danger la santé des populations concernées. La Direction européenne de la qualité du médicament et soins de santé (DEQM) a décidé de prendre le taureau par les cornes. Elle envisage d’imposer dès 2017 la sérialisation de masse sur les médicaments pour garantir leur traçabilité d’un bout à l’autre de la supply chain. Les emballages individuels de médicaments seront munis d’un identifiant de médicament unique (UMI) permettant aux distributeurs, grossistes, pharmaciens et patients de vérifier l’authenticité d’un médicament grâce à une base de données UMI sécurisée. Cette sérialisation, si elle se confirme, nécessitera d’avoir des outils logiciels adaptés. Ce n’était plus le cas du site logistique du laboratoire Roche à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) avec Masterpick, son logiciel de gestion qui traite les 150 000 commandes annuelles.

Changer de progiciel

Certes, cet applicatif interfacé avec SAP couvre les opérations de préparation des commandes, de colisage et expédition, de gestion des aires physiques de distribution, d’impression des documents (bons de livraison, bons de préparation, étiquettes) et de gestion des afficheurs et terminaux de préparation de commande. Il permet d’assurer des délais de livraison très courts. Plus de 95 % des commandes passées avant 16h30 sont livrées le lendemain avant 13h00. Problème, cet outil logiciel a fait son temps face à une architecture informatique qui devient de plus en plus complexe. "Il a été au bout des bouts des développements souhaités. Il ne pouvait pas passer les prochaines étapes et notamment l’arrivée en 2017 de la sérialisation", regrette Jacques Bidet, le directeur du site et de la supply chain pour la France. La filiale française a donc engagé un projet pour remplacer Masterpick. Après appel d’offre, elle a choisi les solutions Acteos TMS (transport) et Acteos WMS (entrepôt) développées par l’éditeur éponyme. Ce progiciel doit simplifier, sécuriser et optimiser l’ensemble des opérations de distribution.

Un déploiement en 14 mois

"Nous devons répondre aux obligations réglementaires de demain en étant proactifs et en veille technologique permanente. Au-delà, chaque conditionnement sérialisé avec un code identifiant unique pourra être 'tracé', pour lutter contre la contrefaçon", explique Jacques Bidet. Un des objectifs du projet est également de simplifier l’architecture informatique du site en regroupant différents logiciels (gestion des stocks, préparation des commandes, gestion des transporteurs…) en "un seul". Ce qui réduit le nombre d’interfaces, les besoins de maintenance informatique et sécurise le fonctionnement  des systèmes. Démarré début 2012, il est opérationnel depuis quelques semaines. "Cette phase de mise en place a été l’occasion de remettre à plat le process, de remettre en cause l’organisation et les modes opératoires. Nous changeons les écrans, les afficheurs,…. Et surtout la mise en œuvre n’a pris que 14 mois, ce qui est peu. Habituellement, les standards sont plutôt de 24 mois", se réjouit le directeur du site.

Olivier Cognasse

La première unité logistique du groupe à Rosny-sous-Bois

- Ouverture en 1987
- Superficie : 12 800 m²
- 76 emplois
- Capacité de stockage : 4 500 palettes, dont 500 à température dirigée
- 151 000 commandes par an et 29 millions de conditionnements distribués
- 13 000 clients
- Taux de service : 95 % des commandes passées avant 16h30 livrées le lendemain avant 13 heures

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale