Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Comment Waza Education veut révolutionner les relations entre entreprises et grandes écoles

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La plateforme lancée par la start-up nancéienne Waza Education tisse des liens entre les entreprises ayant des besoins en R&D et des formations en quête de projets pour leurs étudiants. Voici comment.

Comment Waza Education veut révolutionner les relations entre entreprises et grandes écoles
360 étudiants ont testé la plateforme Waza Education du 30 novembre au 2 décembre 2016 dans le cadre d’Artem Insight © Philippe Bohlinger

Waza Education veut être le catalyseur de nouvelles collaborations entre les entreprises ayant des besoins en R&D et les grandes écoles ou universités en quête de projets pour leurs étudiants. Après six mois de tests sur une version beta, la start-up fondée en 2015 à Nancy vient de démarrer la commercialisation de sa plateforme web et mobile. 

 

Favoriser le matching entre entreprises et grandes écoles
 

Finalistes de l’Imagine Cup - France de Microsoft en avril 2016, les trois associés, Salah Ghamizi, Juliette Denizart et Maud Pillet, ont mis au point trois principaux outils, déjà testés par 2000 utilisateurs : un algorithme de "matching" permettant aux firmes de trouver l’établissement dont les compétences correspondent le mieux à leurs besoins, une interface de pilotage de l’innovation collaborative et un outil de valorisation des projets à destination des étudiants.
 

Afin d’étoffer son réseau d’écoles et d’universités, Waza Education va promouvoir dans un premier temps son interface de pilotage de l’innovation auprès d’établissements de l’enseignement supérieur collaborant déjà avec des entreprises. 70 projets ont été accompagnés depuis septembre 2016. La jeune pousse travaille déjà avec CentraleSupélec, les grandes écoles de l’Université de Lorraine, l’Université Cadi Ayyad de Marrakech, l’Université de Laval à Québec et l’Université de Birmingham.

 

Cartographie des compétences
 

Jeune diplômé de Mines Nancy, Salah Ghamizi estime son segment de marché à 4 milliards d’euros par an en Europe, en référence à une étude sur l’innovation collaborative réalisée par l’Université de technologies d’Aachen (Allemagne).
 

En passe de quitter leur couveuse Pacelor, les trois associés ciblent 300.000 euros de chiffres d’affaires à l’horizon 2020. La première moitié devrait être générée par la plateforme web et mobile, la seconde par le développement d’applications pour le compte de tiers. Un organisateur de salons du recrutement a ainsi fait appel à Waza Education pour son savoir-faire en matière de cartographie des compétences.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale