Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Concord, le roi du contrat dans le cloud, veut grandir à une vitesse supersonique

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Créée par le français Matthieu Lhoumeau à San Francisco, la société Concord, spécialiste de la gestion de contrats dans le cloud, veut devenir une référence mondiale du secteur.

Concord, le roi du contrat dans le cloud, veut grandir à une vitesse supersonique
Matthieu Lhoumeau, pas encore sur le toit du monde, mais sur celui de sa société Concord, au coeur de San Francisco. © Sylvain Arnulf - L'Usine Digitale

Une vue à 360° sur le "Financial district", un "rooftop" à faire rougir de jalousie certaines licornes de la vallée… Matthieu Lhoumeau aurait de quoi être fier des locaux de sa start-up Concord, situés au cœur de San Francisco. Mais l'espace est encore trop étriqué pour ses ambitions illimitées. "Mon but, c'est que le prochain gratte-ciel de San Francisco, après la tour Salesforce (actuellement en construction, elle sera la plus haute de la skyline de San Francisco, NDR), soit une tour Concord" avoue-t-il sans détour. "Car nous voulons devenir le Salesforce des contrats".

 

"révolutionner" la gestion de contrats

Rêveur ? Mégalo ? Sans doute un peu les deux à la fois. Concord est sa troisième société, la deuxième créée aux Etats-Unis, la première à avoir une vraie ambition mondiale.  C'est pourtant en France, dans les couloirs de Free, que le jeune homme a imaginé le concept. "J'étais en stage dans l'entreprise, et le directeur général Maxime Lombardini m'a confié une mission : renégocier les 500 plus gros contrats auprès des fournisseurs de l'entreprise". Tache gigantesque car la plupart des contrats en question n'étaient pas numérisés ni regroupés au même endroit. "J'ai alors eu l'idée d'une solution de contract management". Matthieu Lhoumeau crée d'abord "Contract Live" en 2011, une plate-forme simple permettant de stocker en ligne ses contrats et de paramétrer des alertes sur les échéances. Concord, qui prend le relais en 2014, pousse le curseur encore plus loin. "Ce n'est plus une question de gestion de contrats ou de documents, mais de gestion de la relation, résume le patron. C'est une révolution, pas une simple évolution".

 

des outils qui couvrent tout le cycle de vie du contrat

Concord regroupe plusieurs briques technologiques et services pour permettre une gestion complète du cycle de vie d'un contrat. "Il embarque des outils permettant de rédiger et négocier un contrat, avec la possibilité de mettre en ligne une pré-version, de l'amender, un peu comme une appli collaborative de gestion de documents. Il est aussi possible de discuter en interne ou en externe, via un chat. Le SAAS permet de gérer les droits d'accès de chaque intervenant", détaille le fondateur, diplômé de Sciences Po et de HEC. "La signature en ligne est également gérée grâce à notre propre solution".  Elle est d'ailleurs proposée gratuitement, comme un appât vers la version payante contenant toutes les autres fonctionnalités à forte valeur ajoutée. Concord permet aussi aux utilisateurs payants d'offrir des accès gratuits aux non-abonnés, pour qu'ils puissent travailler sur un ou plusieurs contrats. Une façon de leur donner un avant-goût des fonctionnalités avancées de l'outil.

 

Concord propose par exemple un suivi des échéances liées à chaque contrat, avec un système d'alertes, et un outil de synthèse de la vie des contrats d'une entreprise. "Nous voulons en faire une source de croissance pour nos clients", résume Matthieu Lhoumeau. "Les contrats sont l'ADN d'une entreprise, notre outil en permet le séquençage". Et l'IA permettra d'ici la fin de l'année de 'lire' automatiquement les contrats et d'en extraire les informations pertinentes afin de créer des alertes automatiques. Le tout sans que Concord ou des tiers non autorisés ne puissent lire le contenu des contrats grâce à un chiffrement des échanges et à une compartimentation des accès.

 

"Le juridique, dernier eldorado du logiciel"

Concord veut être l'une des pépites des légaltechs et autres regtechs, des sociétés qui font rimer "compliance" ("conformité", en bon français) avec performance. "Le juridique est le dernier eldorado du logiciel", affirme-t-il. Après avoir convaincu l'université de Standford pendant son passage dans le programme Impact USA (ex Ubi I/O) il a séduit des clients comme Just Eat, le Crédit Mutuel Arkea, Costa Croisières, Relais et Châteaux, HEC…  Concord compte aujourd'hui 20 salariés, la moitié à San Francisco (commercial, marketing), l'autre à Paris (développement, R&D), mais dix personnes supplémentaires devraient rapidement rejoindre l'équipe. On est encore loin de la Tour Concord rêvée par son fondateur mais la réussite d'acteurs du secteur comme Docusign, Zuora ou Zendesk lui inspire confiance.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale