Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Crédit Agricole et Crédit Mutuel Arkéa misent 2 millions d'euros dans Linxo

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La fintech tricolore Linxo, pionnière en France du marché de l'agrégation bancaire, vient de boucler un tour de table à deux millions d'euros, apportés par le Crédit Agricole et le Crédit Mutuel Arkéa. La start-up pourra ainsi exporter son modèle à l'international et développer une application destinée aux petites entreprises.

Crédit Agricole et Crédit Mutuel Arkéa misent 2 millions d'euros dans Linxo
Crédit Agricole et Crédit Mutuel Arkéa misent 2 millions d'euros dans Linxo © capture d'écran site Linxo
Le Crédit Agricole (via le fonds d'investissement et de recherche Fireca) et le Crédit Mutuel Arkéa mettent la main au portefeuille pour soutenir Linxo, fintech spécialisée dans l'agrégation de comptes bancaires. Les deux institutions financières ont investi 2 millions d'euros pour aider la start-up à s'implanter à l'international, notamment en Europe, et à renforcer ses équipes techniques pour développer de nouvelles fonctionnalités de coaching financier destinées aux utilisateurs de l'application. L'entreprise, qui a annoncé la nouvelle le 12 janvier, avait déjà collecté 500 000 euros lors d'un précédent tour de table en 2013. Le Crédit Mutuel Arkéa était déjà actionnaire depuis 2012. 
 
850 000 utilisateurs
Depuis sa création à Aix-en-Provence en 2010, la fintech a permis à 850 000 utilisateurs - particuliers et petites entreprises - d'accéder gratuitement à l'ensemble de leurs comptes bancaires et d'épargne depuis la même plate-forme web et mobile, même s'ils proviennent de différents établissements. L'application prévient les paniers percés lorsqu'ils sont dans le rouge et classe automatiquement les dépenses en fonction de leur catégorie : habitation, transports, alimentation, voyages... Un algorithme prévisionnel permet même d’anticiper l’évolution du solde d’un compte bancaire. 
 
Développer le B2B
Linxo a développé un modèle BtoB : elle commercialise ces différentes fonctionnalités auprès des banques, grâce à des interfaces de programmation. Cet apport de 2 millions d'euros pourrait également permettre à la start-up de développer une version de l'application spécialement destinée aux professions libérales et aux petites entreprises. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale