Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Cruise (GM) dit assembler les premiers véritables véhicules autonomes de série... Vraiment ?

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Dans un post sur Medium, le PDG de Cruise spécialiste du véhicule autonome racheté par GM en 2016, se targue de commencer à produire les premiers véhicules capables de rouler (à l'avenir) sans conducteur humain. Mais il reste volontairement flou sur le véritable niveau d'autonomie du véhicule et ses caractéristiques.

Cruise (GM) dit assembler les premiers véritables véhicules autonomes de série... Vraiment ?
Cruise (GM) dit assembler les premiers véritables véhicules autonomes de série... Vraiment ? © Cruise

Pour GM, le véhicule autonome, c'est maintenant. Le constructeur américain se dit prêt à produire en série des véhicules ne nécessitant pas de conducteur humain. C'est le patron de Cruise (start-up rachetée par GM en 2016) Kyle Vogt qui l'annonce sur Medium. Des véhicules disposant du hardware nécessaire pour une autonomie complète commencent à être produits dans l'usine du groupe à Lake Orion, dans le Michigan. Un site industriel capable de produire 100 000 véhicules par an, souligne-t-il. Il ne suffirait qu'une mise à jour logicielle à ces véhicules pour opérer en "autonomie complète"

 

Kyle Vogt parle de la première voiture au monde "produite en série conçue pour fonctionner sans pilote". Il juge que le principal frein au développement du véhicule autonome serait l'incapacité d'en produire en grande série. L'annonce est intervenue à la veille des journées presse du Salon de Francfort, parfait pour générer un buzz mondial.

 

 

 

Un véhicule "plus proche d'un avion ou d'une fusée"

Mais quel est ce véhicule "unique au monde", comme le présente le patron de Cruise ? Il s'agit de la troisième génération de son véhicule autonome conçue sur base de la Chevrolet Bolt.

 

 

Les deux premières générations de Bolt autonomes développées par Cruise depuis 2016

 

 

Contrairement aux deux premiers, il serait le premier capable de répondre aux exigences de fiabilité et de sécurité que l'entreprise juge nécessaire pour "opérer sans pilote". Un travail important a notamment été effectué sur les "systèmes électriques, de communication et d'actionnement résistant aux pannes qui sont spécifiques à un véhicule sans conducteur". Cruise dit avoir utilisé le maximum de composants et matériels disponibles sur le marché (notamment auprès de sous-traitants) même s'il a dû développer ses propres pièces "car elles n'étaient pas encore disponibles". Cruise a notamment développé des systèmes de secours capables de pallier les défaillances de tel ou tel système (mais aussi des systèmes de secours de secours), car sans pédale de frein ou volant, l'humain ne pourrait pas intervenir. Ce véhicule a beau ressembler à une voiture "normale","l'architecture de son système central ressemble plus à celui d'un avion ou d'une fusée", assure Kyle Vogt.

 

quelle véritable niveau d'autonomie ?

Ces véhicules de troisième génération "n'ont pas besoin de conducteur, et pourraient ne pas avoir besoin d'avoir quelqu'un à l'intérieur". Notez l'emploi du conditionnel ("there might not be anyone inside at all"). Dans les prochaines semaines, ces véhicules intègreront la flotte d'essai de Cruise pour ses propres salariés à San Francisco. Mais un conducteur humain restera au volant pour cette expérimentation. Des centaines de milliers de kilomètres ont déjà été engloutis par les deux premières générations de véhicules de tests de Cruise mais pas en mode 100% autonome.

 

De nombreux points d'interrogation

Cruise s'auto-félicite de ses progrès, mais ne donne aucun détail sur le type de capteurs et lasers embarqués à bord de son troisième véhicule, ni sur le niveau d'autonomie visé (4 ou 5 ?) ou sur un calendrier précis de déploiement. Il ne communique pas, non plus, sur le nombre de véhicules produits à ce jour (Recode parle d'une cinquantaine d'exemplaires, donc loin d'une production "de série"), et n'indique pas précisément quand les logiciels seront prêts pour une conduite 100% autonome.

 

A ce stade, rien ne permet de dire que Cruise et GM sont plus avancés que Tesla, Google ou même Audi. De nombreux véhicules de série possèdent déjà des composants indispensables pour mettre en œuvre les différents niveaux d'autonomie (assistance, automatisation partielle, conditionnelle ou totale). GM n'est donc sans doute pas le premier à produire de potentiels futurs véhicules autonomes, et il n'est même pas le premier à le dire, puisque Elon Musk ne cesse de claironner que les Tesla d'aujourd'hui sont déjà équipées pour des trajets 100% autonomes (mais sa capacité de production est limitée). Alors plus que jamais, attention aux fausses promesses qui peuvent créer de vraies déceptions.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale