Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Cyber Test Systems éprouve les défenses numériques

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Cyber Test Systems éprouve les défenses numériques
Cyber Test Systems éprouve les défenses numériques © Igor Stevanovic

La valeur n’attend pas le nombre des années. La start-up francilienne Cyber Test Systems, qui n’a pas encore soufflé sa deuxième bougie, a décroché au Forum international de la cybersécurité (FIC) de Lille, des 25 et 26 janvier, le prix de la PME innovante parmi plus de cinquante candidats. Ses produits sont déjà très prisés des entreprises disposant de grands réseaux : ses boîtiers sont capables de simuler un trafic très volumineux de données incorporant une grande variété d’attaques (logiciel malveillant, phishing, attaque par déni de service DDos, cyberattaque avancée…) pour tester la robustesse des défenses informatiques. 

 

L’opportunité

Offrir une alternative sur le marché des tests et de l’évaluation de sécurité de haut niveau, capté par deux éditeurs américains, Spirent et Ixia. Ce marché est estimé à 1 milliard de dollars.

 

Grégory Fresnais et son complice Laurent Chabenet, les deux cofondateurs âgés seulement de 37 ans, sont reconnus comme des spécialistes du domaine du test et de la mesure en sécurité informatique. Ils ont passé quinze années chez les deux leaders américains du domaine. Leur parcours a permis à ces titulaires d’un simple BTS informatique d’étoffer leur capacité de managers en se frottant à une grande variété de postes : développement logiciel, assistance aux clients, développement à l’international… La start-up est déjà reconnue internationalement.

 

En France, trois grandes banques ont testé leur cybersécurité à travers ses outils ; aux États-Unis, un grand acteur de l’énergie l’a sollicité pour éprouver la résistance de son datacenter ; à Singapour, un opérateur internet a déployé ses produits… Les forces de l’Otan ont également choisi sa solution Cyber Test pour réaliser un exercice de cyberdéfense impliquant 42 pays. La société vise à terme un effectif d’une centaine de salariés, contre cinq aujourd’hui, et un chiffre d’affaires de plusieurs dizaines de millions d’euros contre environ 500 000 euros pour l’exercice 2015. 

L’innovation

La start-up conçoit des générateurs de trafic de données à très haut débit (100 Gb/s) incorporant des scénarios de cyberattaques avancées (attaque DDos, phishing…) pour valider la capacité des défenses informatiques. Ses logiciels tournent sur une plate-forme conçue sur mesure et fabriquée en France.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale