Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Cybersécurité : 5 start-up israéliennes à suivre

mis à jour le 06 décembre 2016 à 15H28
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La grand-messe annuelle de la cybersécurité s'est tenue courant novembre 2016 à Tel-Aviv. Plus de 80 pays y étaient invités et 160 entreprises israéliennes présentées. L’Usine digitale a sélectionné cinq start-up innovantes et dynamiques.

Cybersécurité : 5 start-up israéliennes à suivre
Cybersécurité : 5 start-up israéliennes à suivre © dr

Plus de 300 entreprises israéliennes sont actives sur le marché de la cybersécurité. Un secteur qui a le vent en poupe en Israël et dont l’attractivité est croissante à travers le monde. Selon le ministère du commerce extérieur israélien, le volume des exportations de technologies informatiques s’est élevée à 4 milliards de dollars en 2015, soit environ 5% du marché de la sécurité mondiale. Un dynamisme qui s’explique par la création de plus de 150 start-ups dans le domaine.

 

INDEGY

Cyber sécurité industrielle. Fondée en 2014 par trois ingénieurs israéliens, experts des systèmes industriels (ICS / SCADA), la plateforme Indegy fournit une surveillance en temps réel des systèmes de contrôle qui sont utilisés dans les infrastructures critiques, comme les services publics d'énergie, d'eau et les installations de fabrication, afin de les protéger contre des cyber-attaques, des logiciels malveillants ou des erreurs opérationnelles. La start-up a déjà levé 18 millions de dollars grâce des investisseurs israéliens et américains. Indegy permet d’offrir une visibilité complète sur les réseaux ICS, en identifiant les modifications, y compris le changement de microprogramme, de logistique et de mises à jour de configuration. Indegy compte déjà une douzaine de clients et espère se développer en Europe et en France.
 

 

Morphisec

Anti-malware. "Notre but est d’empêcher les attaques", résume Omri Dotan, franco-israélien et co-fondateur de Morphisec. En général, "quand une attaque se produit, les autres entreprises détectent le malware et le détruisent. Pour moi, il est hors de question de laisser le malware s’introduire, un point c’est tout". Elaboré dans le centre national de la cybersécurité israélien du Neguev, Morphisec a lancé une solution munie d’une approche de structure de mémoire totalement nouvelle. "D’une façon aléatoire et continue, on change la structure de la mémoire et du point final. L’attaque ne peut pas trouver sa cible". Ce logiciel, conçu pour empêcher toute infiltration "en douce" peut se compléter avec d’autres anti-virus, efficaces pour les attaques plus directes. La start-up travaille déjà aux Etats-Unis et en Europe. Omri Dotan confie à l’Usine Digitale qu’un grand groupe médiatique français est en négociations très avancées pour utiliser ses services. 
 

 

Kaymera

Protection mobile. Pré-installée sur des téléphones portables utilisant Android, la technologie Kaymera promet une sécurité à 360°. La start-up israélienne, créée en 2013, s’adresse aux gouvernements et aux entreprises. Selon Craig Coward, porte-parole de la start-up, "l’originalité de Kaymera est de fournir une solution sur le plan organisationnel. Nous décomposons le domaine mobile de l'organisation en plusieurs niveaux, avec différents besoins en matière de sécurité et de risque. Nous avons plusieurs solutions pour chaque poste dans l’entreprise, avec différents types de protection que nous appliquons à chaque poste." Kaymera protège contre les intrusions de malware, en cryptant tous les échanges qu’ils soient vocaux ou écrits. Et permet aussi d’utiliser en toute tranquillité des applications comme Facebook, Twitter, Instagram, qui demandent parfois des accès quasi-complet au téléphone. Kaymera a reçu plus de 13 millions de dollars d’investissement dont 10 en février 2016.
 

 

PlainID

Cyber sécurité entreprise.  PlainID utilise une approche innovante pour simplifier et optimiser la gestion des identités et des accès. "Beaucoup d'entreprises sont encore en retard en la matière, et doivent investir de nombreuses ressources pour gérer cette partie de leur sécurité informatique. Nous avons identifié que l'écueil principal sur le marché aujourd'hui était l'autorisation, nous avons donc décidé de créer un produit qui est entièrement dédié à ce domaine", raconte Gal Helemski, co-fondateur de PlainID. La start-up a créé une plateforme externe qui facilite ce système d’autorisations mais aussi de vérifications. PlainID s’est associé tout récemment à Sailpoint, le leader américain en matière de gestion des identités. "Une avancée majeure pour la start-up", dont Oren Ohayon, un autre co-fondateur, se réjouit. Le but principal est d’assurer une sécurité optimale pour tout transfert de données vers les mobiles mais aussi le cloud, notamment la plateforme AWS.

 

 

Metapacket

Anti-virus. Se défendre contre les malwares les plus sophistiqués du moment, c’est l’ambition et la promesse de Metapacket. Notamment en analysant le trafic sortant du réseau pour déterminer s’il est humain ou non. "Les logiciels malveillants ne peuvent pas imiter complètement le comportement des êtres humains et l'ensemble du système d'exploitation et du navigateur lorsqu'ils naviguent sur le Web", explique le co-fondateur Nir Krakowski, ancien du Shin Bet, les services secrets intérieurs israéliens. Leur technologie brevetée crée des challenges invisibles sur le réseau et bloquent le cas échéant l’entrée de malwares. Metapacket a reçu l’appui de fonds américains et s’est installé depuis un an dans des bureaux à San Francisco. L’entreprise travaille le plus souvent avec des banques et des entreprises de paiement en ligne.

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale