Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Cybersécurité : Aerospace Valley ne veut plus que les PME soient le maillon faible

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Pour répondre à la menace croissante que représente les cyberattaques, le pôle de compétitivité Aeropace Valley (aéronautique, espace, systèmes embarqués) engage une opération collective, en direction des PME de l'aéronautique : un projet sur trois ans, cofinancé par l'Etat.

Cybersécurité : Aerospace Valley ne veut plus que les PME soient le maillon faible
70 personnes étaient présentes au lancement de l'action collective "cybersécurité aéronautique" d'Aerospace Valley, le 8 mars, à la CCI de Toulouse © Aerospace Valley

"L'écosystème régional, fortement impacté par l'aéronautique et l'espace, est une cible de choix pour les cyberattaques", souligne d'emblée Franck Lepecq, chargé de mission au pôle de compétitivité Aérospace Valley. La région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées figurerait ainsi dans le top 5 des régions les plus attaquées en Europe. "Et aucune entreprise n'est à l'abri", insiste Franck Lepecq.

 

Selon les dernières statistiques fournies par la gendarmerie nationale, les cyberattaques auraient progressé en France de 51% entre 2014 et 2015. le pôle de compétitivité, qui intervient dorénavant sur les deux grandes régions Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente, a donc décidé de lancer une opération collective en direction de ses adhérents, plus spécifiquement ciblée en direction des PME de l'aéronautique, soit un peu plus de 50% de ses 850 adhérents. A la clef, l'ambition est clairement annoncée : il s'agit de contribuer à la sauvegarde du patrimoine scientifique et technique des entreprises de la filière, à la sécurité des systèmes embarqués et à la protection de la supply chain.

 

L'opération, co-financée par l'Etat, via la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi), sera conduite sur trois ans, avec l'appui des Chambres de Commerce et d'Industrie. Première mission : sensibiliser. Ce premier volet du projet a été lancé très officiellement le 8 mars à Toulouse, dans les locaux de la Chambre de commerce et d'industrie, devant un parterre d'environ 70 entreprises. L'occasion aussi pour les services de l'Etat, fortement mobilisés sur le projet, de présenter leurs équipes dédiées. Car le second volet de l'opération est de proposer aux PME des analyses de maturité.

 

Proposer un guichet unique aux PME

Et en matière de cybersécurité, chacun dispose de ses propres services. La  DGSI (Direction Générale de la Sécurité Intérieure), la DPSD (Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense), la Gendarmerie Nationale, appuyées des services de l’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information), ont chacune leurs équipes de spécialistes. Pas toujours facile de s'y retrouver. L'une des missions de cette action collective vise donc également à mutualiser les bonnes volontés.

 

Aerospace Valley se positionne en guichet unique pour ses adhérents. Les PME seront ensuite dirigées vers les experts en cybersécurité des services de l'Etat, en fonction de leurs besoins spécifiques. Parmi les accompagnements proposés, celui du réseau de la Réserve Citoyenne Cyberdéfense (RCC). Ils sont ainsi 10 "réservistes" en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, issus de grandes entreprises ou de milieux universitaires, spécialistes en cybersécurité et missionnés par les services de l'Etat. "Attention, il ne s'agit ni d'audits, ni de certification », précise le Major Fabrice Crasnier, qui coordonne cette RCC sur la région. "Nous intervenons gratuitement auprès des entreprises, en sensibilisation, pour les amener à se poser les bonnes questions, selon des protocoles mis en place par l'ANSSI".

 

Un accompagnement plus complet à l'étude

D'ici le mois de juin 2016, Aerospace Valley compte organiser d'autres réunions avec ses adhérents, un peu partout sur les territoires de deux grandes régions Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente, à Rodez, Bordeaux, Bayonne, Pau, mais aussi Poitiers ou Limoges. "Nous souhaitons sensibiliser un maximum d'entreprises", insiste Franck Lepecq.

 

Dans la foulée, un troisième volet de cette action collective devrait être mis en place. L'objectif est de proposer à terme à certaines entreprises un accompagnement plus complet, avec cette fois l'intervention de prestataires privés. Un appel d'offres doit être organisé prochainement pour identifier une liste de prestataires pour des interventions en entreprise qui seront cofinancées par l'Etat. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale