Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Drust, le quantified-self appliqué à l'automobile

| mis à jour le 15 octobre 2014 à 10H15
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Fondée par trois anciens de PSA Peugeot Citroën, la start-up Drust a développé un petit boîtier permettant d'accéder aux données mécaniques générées par le moteur de son véhicule pour les consulter directement sur son smartphone. A l'instar des trackers et autres bracelets connectés pour suivre sa performance sportive, ce produit s'inscrit dans la tendance du quantified-self (ou auto-mesure) en l'appliquant à l'automobile. Objectifs : inciter de manière ludique à une conduite plus économe et donner des éléments de diagnostic moteurs en cas de panne avant de se rendre dans un garage.

Drust, le quantified-self appliqué à l'automobile
Drust, le quantified-self appliqué à l'automobile © Drust

Ils font parler les moteurs. Trois anciens salariés de PSA Peugeot Citroën ont créé un petit boîtier qui permet de faire remonter certaines données techniques d'un véhicule. Baptisé Drust, cet objet connecté est directement relié à l'OBD (pour "on board diagnostic"), un module obligatoire dans les voitures thermiques depuis le début des années 2000 et qui permet aux garagistes d'effectuer des diagnostics moteur. L'utilisateur peut ensuite consulter les données générées par son véhicule directement sur son smartphone grâce à une application.

Adopter une conduite plus économe

"L'idée est de proposer un moyen ludique pour aprendre à adopter une conduite plus efficace et de manière ludique en cherchant à améliorer son score", explique Michael Fernandez, directeur général de Drust. Pour chacun de ses trajets, l'utilisateur se voit en effet attribuer une note évaluant la qualité de sa conduite. Grâce aux conseils fournis et en fonction des progrès réalisés, l'application peut également afficher le montant économisé par le conducteur, de quoi l'encourager à poursuivre ses efforts pour ménager l'environnement tout en réduisant son budget voiture.

Sur le modèle des bracelets connectés et plus généralement sur la tendance du quantified-self, ou auto-mesure, Drust vise donc à améliorer ses performances en associant un objet connecté à une application pour smartphone. "Nous sommes un peu le Jawbone de la voiture", plaisante Michael Fernandez, citant une célèbre marque de ces "trackers" pour sportifs.

Le diagnostic moteur pour tous

Autre utilisation mise en avant par les fondateurs de Drust : la possibilité de pouvoir consulter certains détails techniques en cas de panne. "Le volet diagnostic de l'application permet d'obtenir des données qui étaient jusque-là uniquement accessibles aux professionnels de la réparation et de l'entretien automobile", décrit Michael Fernandez, de quoi contribuer, selon lui, à renforcer la relation de confiance entre l'utilisateur et son garagiste.

Si avec la vague des véhicules connectés, les outils de maintenance prédictive et de diagnostic devraient se généraliser, Drust vise tout de même un marché assez large : les véhicules de moins de 13 ans dont le conducteur est équipé d'un smartphone. D'autres start-up se sont déjà lancées sur ce créneau mais elles se concentrent pour le moment sur le marché américain. C'est le cas notamment du boîtier Automatic, lancé en 2013 par une société basée à San Francisco et qui n'est pour le moment proposé qu'aux Etats-Unis comme le précise un bandeau sur son site internet.

En France, sur un positionnement B2C, seul Xee de la start-up lilloise Eliocity propose déjà un produit quasi-équivalent, associé à un bouquet d'applications et permettant, comme Drust, de gérer son budget ou d'améliorer sa conduite. Mais ce boîtier ne propose pas encore de service permettant d'identifier l'origine d'une panne. L'entreprise Masternaut adopte de son côté un positionnement B2B en proposant aux entreprises des services de gestion de flotte.

Une start-up du Camping

Développé avec l'appui l'accélérateur de start-up parisien Le Camping, Drust est actuellement en discussions avec des sites de financement participatif pour lancer une campagne de levée de fonds. "Notre objectif est de commercialiser notre produit au cours du premier semestre 2015 mais tout dépendra de la manière dont se déroulera la levée de fonds", indique Michael Fernandez. Le boîtier Drust devrait être vendu environ 100 euros et l'application associée, compatible Android dans un premier temps puis iOS, sera téléchargeable gratuitement.

Julien Bonnet

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

5 commentaires

olivier

23/02/2015 21h45 - olivier

bonjour, pour ma part j'ai envisagé de contribuer à aider la start up. Pb: nombreuses zones d'ombres à savoir: le produit est il en mesure d'aboutir, quels détails dans les diagnostics moteurs-non précisés à ce jour- optimisation de conduite éco déjà fournie par de nombreux constructeurs, localisation du véhicule également. Et 2 points noirs: quelle défense contre le piratage possible et facile avec prise de contrôle du véhicule, même en étant au volant mis en évidence aux US. 2 Plateforme de promotion du produit indiegogo entâchée de plusieurs arnaqueurs genre smartwatch qui se sont remplis les poches comme d'hab avec l'argent de citoyens qui ont envie d'aider mais qui ne roulent pas sur l'or, par contre: produit non abouti, voire souvent non livrés, et riches à millions, aucun recours, faute de lois. Pourtant passés en TV et autres médias à grands renfort. A méditer.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Oscar

15/10/2014 13h27 - Oscar

En réponse à jducerf, Je ne suis absolument pas d'accord avec vous! Si un objet dispose d'une plateforme excellente et fait remonter des datas utiles, 100€ est un prix tout a fait raisonnable, c'est le business de l'abonnement qui épuise les utilisateurs! Un BP de partenariat avec les constructeurs et les garagistes me semble bien plus logique! et surtout n’interfère pas avec l'expérience utilisateur. Le produit gagne en qualité en parallèle de l'expansion de l'entreprise. Tout le monde a à y gagner…

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Oro

15/10/2014 10h05 - Oro

J'ai l'impression que ça ressemble à ce que produit une autre start-up française Myk-io : http://www.mycar-innovations.com/ http://www.myk.io/accueil/fonctionnalites

Répondre au commentaire | Signaler un abus

lordeagle

15/10/2014 01h26 - lordeagle

Quelle est la différence avec Automatic (https://www.automatic.com/) sorti en 2013 aux USA? Il se connecte sur le port OBD2... je ne sais pas si l'EOBD est compatible ou pas.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

jducerf

14/10/2014 09h15 - jducerf

100€!!! Encore une caractéristique qui va faire fuir le consommateur. En effet, un connecteur similaire (OBD2 bluetooth) ne coûte que 15€! On paye donc l'appli et l'IA?! Si on veut multiplier l'acquisition des objets connectés, on ne peut pas demander aux conso de débourser 100€ à chaque fois alors que l'objet ne vaut pas ce prix. Il faut vendre du software pas du hardware. Le business plan doit se faire sur l'abonnement...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale