Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Eazeat : l'expérience utilisateur d'Uber appliquée à la restauration

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Réservation, sélection du menu et paiement. La nouvelle application mobile Eazeat, développée par la start-up Touch and Play, entend proposer un gain de temps précieux aux clients des restaurants. La start-up n'est pas la seule à vouloir proposer cette nouvelle expérience et mise sur la création d'un écosystème pour se distinguer de la concurrence. Elle a déjà séduit une centaine de restaurants parisiens, mais aussi une grande chaîne de restauration française.

Eazeat applique la recette Uber au monde de la restauration
Eazeat : l'expérience utilisateur d'Uber appliquée à la restauration © Touch and Play

Réserver une table dans un restaurant, sélectionner un menu à distance, inviter des convives et prépayer l'addition seul ou à plusieurs. Le tout, depuis un smartphone. C'est l'expérience (dont la fluidité promise ressemble à celle d'Uber) que veut proposer la start-up Touch And Play, spécialiste de la digitalisation des process de la restauration, avec sa nouvelle application Eazeat.

 

"Nous voulons qu'Eazeat devienne un réflexe de consommation", explique Pierre Meric, le fondateur et CEO de Touch and Play. Disponible sur l'App Store et Google Play, l'application vise à faire gagner un temps précieux aux clients. "Lorsque le client arrive au restaurant, sa table est dressée et la commande est déjà en production", assure l'entrepreneur. De leur côté, les restaurateurs seraient, eux aussi, gagnants : outre l'augmentation de la satisfaction client, l'application leur permettrait notamment d'augmenter la rotation des tables.

 

Adoptée par Une centaine de restaurants 

Pour proposer un tel service, Touch and Play s'est entourée de plusieurs acteurs dont GuestOnline pour la fonctionnalité de réservation et EasyTransac pour la partie paiement. La jeune entreprise noue également des partenariats avec différents éditeurs de logiciel pour interfacer sa solution avec les systèmes d'encaissement utilisés par les restaurateurs.

 

Après une phase de test d'une dizaine de mois, l'application a été lancée officiellement en février dernier. Une centaine de restaurateurs parisiens l'ont déjà adoptée et Touch and Play a conclu un partenariat avec une grande chaîne de restauration française pour un projet pilote dès la rentrée prochaine.

 

6 000 établissements visés en 18 mois

Côté business model, Touch and Play ne prélève pas de commission sur l'addition mais proposera, dès 2018, un abonnement aux restaurateurs avec une formule de base à un prix attractif de 4,99 euros par mois. L'usage du service sera gratuit jusqu'à la fin de l'année 2017. "Nous cherchons d'abord à créer une communauté et à démontrer la valeur ajoutée de notre service avant de passer à sa monétisation", commente Pierre Meric.

 

En termes d'objectif, la start-up entend séduire 6 000 établissements français au cours des 18 prochains mois avant d'étendre son service à l'international. Touch and Play n'est pas le seul acteur à vouloir proposer une telle expérience. Mastercard a, par exemple, développé la solution Qkr!. En Colombie, Juan Valdez, le Starbucks local, l'a déjà adoptée. L'enseigne de restauration permet ainsi à ses clients de commander leur boisson à distance et de payer depuis l'application. Le géant américain des paiements serait actuellement en discussions avec une grande chaîne de restauration française. Dans l'Hexagone, d'autres acteurs se sont aussi positionnés sur le terrain, comme les start-up HungryUp et Lunchr.

 

Créer un écosystème pour se distinguer

Pour tirer son épingle du jeu, Touch and Play entend créer un véritable écosystème. Elle s'est ainsi entourée de différents partenaires, comme l'enseigne spécialisée Metro dont elle a rejoint le programme digital ou encore le groupe Elior, spécialiste de la restauration collective, qui est entré dans son capital lors d'une levée de fonds d'1,1 million d'euros. "La compétition se jouera sur l'offre globale que l'on proposera à l'industrie de la restauration", estime l'entrepreneur. Pour compléter son bouquet de services, la start-up a déjà prévu de déployer une nouvelle fonctionnalité en mai prochain pour permettre aux clients de passer une commande supplémentaire en scannant simplement un QR code affiché sur leur table.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale