Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Et les legaltech attaquèrent... les services juridiques aux entreprises

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Les start-up de la finech bouleversent le secteur bancaire et la finance en général, celles de la medtech transforment l’offre de soins. Depuis peu, on commence aussi à parler des start-up de la legaltech, qui attaquent de front les pratiques et le marché des services juridiques, comme l'explique dans cette tribune Laëtitia Vitaud, expert associé de WillBe Group.

Et les legaltech attaquèrent... les services juridiques aux entreprises
Et les legaltech attaquèrent... les services juridiques aux entreprises © Su morais - Flickr - C.C.
En France, les start-up de la legaltech sont loin d’être aussi développées qu'aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. Pourtant, la France a donné naissance à quelques start-up innovantes et prometteuses en la matière. C’est tout particulièrement le cas dans les services aux entreprises. Guacamol, fondée en 2015, propose aux entrepreneurs l’immatriculation facile et rapide de leur entreprise (et à terme toute une palette de services juridiques intégrés). PayFit propose une application qui permet à n’importe quel patron de PME de faire ses fiches de paie sans avoir à se plonger dans les arcanes du droit social. Fred de la Compta offre des services d’expertise comptable entièrement dématérialisés.
 
Non seulement ces start-up poussent plus loin l’automatisation de services qualifiés et coûteux qu’on ne pensait pas automatisables il y a encore quelques années, mais elles accélèrent et facilitent la création de nouvelles entreprises en France. C’est parce qu’il y a “douleur administrative” qu’il y a ici opportunité commerciale : la valeur de services qui permettent de faire l’économie de multiples démarches administratives est d’autant plus importante que ces démarches sont pénibles dans notre pays.
 
La legaltech s’est développée tardivement
Le secteur juridique est conservateur et refermé sur lui-même. On s’y est longtemps cru protégé par la haute qualification de ceux qui y travaillent. Le modèle d’affaires des cabinets d’avocats, qui repose sur le nombre d’heures facturées, est radicalement incompatible avec toute innovation qui conduirait à une baisse de ce nombre d’heures. C’est pourquoi la première génération de start-up legaltech propose surtout des logiciels qui permettent aux avocats de mieux se libérer des tâches de gestion non facturées aux clients, comme le stockage des documents, la facturation ou la comptabilité.
 
Les jeunes pousses de la seconde génération opèrent des places de marché qui mettent directement en relation des avocats et leurs clients. Cela augmente la concurrence et la transparence dans le secteur. Naturellement, les cabinets peuvent les voir comme des menaces pour leur modèle. La plate-forme qui illustre cette génération de la legaltech est Rocket Lawyer, fondée en 2009 aux Etats-Unis. En France, aucune start-up ne lui ressemble, même de loin. On peut tout de même citer Lawcracy, une petite start-up fondée en 2013 qui opère une plate-forme de mise en relation avocats-clients et met en ligne des réponses juridiques en libre accès. D’autres plates-formes en revanche ne s’adressent qu’aux avocats et sont des forums de “confrères”, comme Hub Avocat.
 
 
Les start-up de la legaltech pourraient bouleverser le secteur juridique B2B
L’automatisation est poussée plus loin avec des services totalement intégrés, comme l’immatriculation “clé en main” de votre société proposée par la start-up Guacamol, qui offre d’intégrer les différentes étapes de la création d’une entreprise. Bientôt, elle complétera son offre avec un “package” juridique pour embaucher son premier salarié... Fondée par une avocate, Sabine Zylberbogen, et un ingénieur, François Fort, Guacamol a l’ambition d’offrir à terme l’ensemble des services nécessaires à une entreprise, pour moins cher et de manière simplifiée à l’extrême. 
 
Au demeurant, il ne s’agit pas seulement d’automatiser et de “commoditiser” les services juridiques : l’ambition de Guacamol est de mettre le client et ses besoins au coeur du système, ce qui guide sa stratégie en matière de design et de pricing. Il importe peu au client de savoir si le service est automatisé, du moment qu’il est accessible et simple…
 
Les nouvelles questions posées par la legaltech vont également bouleverser la sécurité et l’authentification des documents légaux. La blockchain, par exemple, ne manquera pas d’être utilisée par des start-up de la legaltech. Le Honduras, souhaite désormais utiliser le registre décentralisé qu’est la blockchain pour y inscrire l’achat et la vente de terrains dans le pays, créant ainsi un cadastre décentralisé. Hubert de Vauplane, auteur d’un rapport sur la blockchain dans les fintech, s’interroge néanmoins : “une information de propriété inscrite sur ce grand livre partagé en réseau vaut-elle effectivement propriété de droit ?. Les nouveaux usages remettent profondément en cause les procédés légaux à l’oeuvre aujourd’hui en matière d’authentification, tant ces derniers semblent en décalage avec nos exigences modernes d’expérience client parfaite.
 
Les start-up françaises de la legaltech sont en position de conquérir l’Europe avec des services intégrés, bien conçus et particulièrement innovants. Parce qu’ils permettent de faire l’économie de démarches souvent pénibles (démarches qui sont également douloureuses en Espagne ou en Italie, par exemples), ces services offrent une immense valeur ajoutée. Crééer sa société ou éditer sa fiche de paie peut se faire en quelques clics et chaque entrepreneur peut se concentrer davantage sur ses propres affaires. Parce que la transformation numérique a rendu particuliers et entreprises encore plus habitués à un design parfait, nous sommes tous devenus des “phobiques administratifs” : cette phobie, qui nous gâche la vie, est l’opportunité que cherchent à saisir les start-up de la legaltech.
 
Laëtitia Vitaud, expert associé de WillBe Group @Vitolae
Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.
Cet article a initialement été publié sur le blog de Willbe group.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

à la une

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale