Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Et maintenant Amazon attaque... le marché de la logistique

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vu ailleurs Amazon se définit désormais (partiellement) comme un fournisseur de services de transport dans un document officiel. Le géant du e-commerce et du cloud pourrait truster le marché du fret et de la logistique, qui se monterait au minimum à 400 milliards de dollars dans le monde, en proposant ses services à des distributeurs tiers, avance prudemment le Wall Street Journal. 

Et maintenant Amazon attaque... le marché de la logistique
Amazon à Lauwin-Planque Logistique ©

La protéiforme société Amazon vient à nouveau de modifier certaines caractéristiques de son autoportrait. Dans un document financier adressé au gendarme boursier américain (la Securities and exchange commission), le géant du e-commerce se présente comme un fournisseur de services de transport, comme le rapporte le Wall Street Journal dans un article daté du 29 janvier. C'est la première fois que le groupe emploie ce qualificatif dans un document officiel.

 

Amazon développe depuis quelques années un bouquet de services logistiques : il emploie notamment des coursiers qui livrent leurs articles aux clients sur le dernier kilomètre et développe des drones capables de livrer de petits produits directement chez les acheteurs.

 

un marché à 400 milliards de dollars

Jusqu'à présent, Amazon utilisait ses camions et ses entrepôts de stockage pour limiter au maximum les coûts d'expédition de ses propres marchandises et accélérer leur livraison au client final. Mais ouvrir ce panel à des distributeurs tiers pourrait être très lucratif, comme le souligne le Wall Street Journal. Un analyste de la société de services financiers Baird estime le marché mondial de la livraison, du fret et de la logistique à 400 milliards de dollars minimum.

 

Le directeur financier d'Amazon, Brian Olsavsky, a toutefois tenu à rassurer ses partenaires transporteurs lors d'une conférence téléphonique qui s'est déroulée le 29 janvier. "Pour délivrer un service satisfaisant à nos clients même en période de rush, nous avons développé nos propres services logistiques afin de compléter ceux de nos partenaires. […] Cela ne veut pas dire que nous allons les remplacer", a-t-il tenu à préciser.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale