Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Exclusif : SFR cherche à vendre Numergy, lâché à son tour par l'Etat

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Après Cloudwatt, c’est au tour de Numergy d’être lâché par l’Etat actionnaire. SFR, qui en détient 47% du capital, cherche du coup à vendre la société. De quoi mettre un point final aux illusions de cloud souverain en France.

Exclusif : SFR cherche à vendre Numergy, lâché à son tour par l'Etat
Exclusif : SFR cherche à vendre Numergy, lâché à son tour par l'Etat © @Stekaba - Flickr c.c.

Après avoir fourgué Cloudwatt à Orange, l’Etat lâche l’autre opérateur de cloud souverain Numergy. Du coup, SFR, qui en est le principal actionnaire, est pressé de vendre la société. Selon un interlocuteur contacté en tant qu’acheteur potentiel mais qui tient à rester anonyme, la prospection de repreneur a commencé cet été. Son aboutissement mettra un point final aux illusions de cloud souverain en France.

 

Fondée en septembre 2012, Numergy devait former avec Cloudwatt les deux pôles de cloud souverain, une alternative française aux géants américains Amazon Web Services, Microsoft, Google ou IBM, qui dominent le marché. SFR détient 47% du capital, Bull 20% et la CDC 33%. Le projet représente un investissement de 225 millions d'euros.

 

Grande déception

 

Mais pour les trois actionnaires, c’est la grande déception. En 2014, Numergy affiche un chiffre d’affaire d’à peine 6 millions d’euros, moins de 1,5% du marché français de cloud public d’infrastructure (IaaS pour Infrastructure as a service) estimé par IDC à 440 millions d’euros. Impossible dans ces conditions d’atteindre l’objectif de départ de 400 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016.

 

Cloudwatt, l’autre acteur de cloud souverain créé la même année par l’Etat, Orange et Thales, n’a guère fait mieux. L’Etat et Thales ont été contraints de tirer les leçons de l’échec en cédant en mars 2015 leurs participations à Orange, désormais seul maître à bord. Le gouvernement a-t-il fait pression sur l’opérateur historique des télécoms en faveur de cette solution ? Stéphane Richard, le patron d’Orange, s’en défend. Mais si c’est le cas, l’Etat peut difficilement en faire de même dans le dossier de Numergy.

 

Les Repreneurs potentiels sont rares

 

Avec le rachat en 2014 de Bull par Atos et de SFR par Numericable, le contexte a beaucoup changé pour Numergy. Le cloud souverain n’est pas une priorité pour le nouveau propriétaire de SFR. Il l’est encore moins pour Atos qui privilégie le cloud privé à travers sa coentreprise Canopy avec EMC et VMware, et le cloud public à travers son partenariat avec InterCloud, le réseau mondial de cloud de Cisco. Les trois actionnaires-fondateurs de Numergy sont donc d’accord pour mettre fin à leur aventure commune. Reste à savoir qui pourrait prendre le relais ? Pour le moment, les repreneurs potentiels se font rares.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

4 commentaires

farialima

16/09/2015 11h19 - farialima

le seul vrai "cloud français" qui marche, qui peut faire concurrence aux américains (si tant est que ce soit un but en soi...) c'est OVH, et Klaba se garde bien de jouer dans la cour parisienne des grandes boîtes françaises liées à l'Etat. La seule manière pour une entreprise de technologie de réussir, c'est de rester indépendante, pour se focuser à 150% sur ses clients. Dès qu'il y a argent public ou lié au public, on peut oublier l'innovation focusée sur la qualité client... on ne peut pas servir deux maîtres à la fois...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

David VANTYGHEM

16/09/2015 07h31 - David VANTYGHEM

"cloud souverain" : encore une bêtise des politiques. Comme si une entreprise pouvait ré-écrire des versions propriétaires, fermées et franco-françaises des outils libres existants (Openstack etc.) pour faire une infrastructure Cloud. Les gens dont c'est le vrai métier avaient prévenu, encore 150 millions d'euros d'argent public jetés à la poubelle. Il va falloir économiser sur les retraites et la sécurité sociale, encore et toujours. Mais c'est une goutte d'eau comparé au 10 milliards d'euros (au moins) d'argent public évaporés dans l'EPR, qui prend le même chemin que feu SuperPhenix (9 milliards d'euros et toujours pas fini d'être démantelé).

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Pierrot69

16/09/2015 12h29 - Pierrot69

C'est d'autant plus difficile à revendre que la vente des solutions de NUMERGY passait par le canal SFR ...ou était fortement imbriqué avec l'écosystème SFR...

Signaler un abus

Arno

16/09/2015 15h02 - Arno

Ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain ;-) - OpenStack est un socle technique Open Source. - CloudWatt est une offre IaaS basée sur OpenStack. - La souveraineté ne vient pas du fait que les solutions sont propriétaires (cf. point précédent) mais que les données restent sur le territoire national : ça peut avoir du sens ... Libre après à chacun de choisir son offre IaaS mais il faut au moins bien cerner la problématique et éviter les amalgames. OVH, Orange ... peu importe, mais savoir qu'il y a des datacenters de notre coté de l'Atlantique et pas très loin de nous ... c'est loin d'être un investissement inutile.

Signaler un abus

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale