Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Facebook met de la réalité virtuelle dans son réseau social avec Spaces

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vidéo Trois ans après son rachat d'Oculus, Facebook lance Spaces, une application qui connecte les membres de son réseau social en réalité virtuelle. Un premier pas convaincant vers une vision très ambitieuse d'un monde virtuel ou se retrouveront les amis trop éloignés les uns des autres.

Facebook met de la réalité virtuelle dans son réseau social avec Spaces
Facebook met de la réalité virtuelle dans son réseau social avec Spaces

Non content de se mettre à la réalité augmentée, Facebook a profité de sa conférence F8 pour lancer officiellement (en version beta) sa première application sociale de réalité virtuelle. Baptisée Facebook Spaces, elle est l'aboutissement du prototype qui avait été présenté en octobre dernier lors de l'évènement Oculus Connect 3. Sans surprise, l'application n'est pour le moment disponible que sur l'Oculus Store et n'est compatible qu'avec l'Oculus Rift et Touch, mais Facebook entend la rendre accessible à d'autres appareils (comme le HTC Vive ou PlayStation VR) à l'avenir.

 

Si Facebook Spaces réconcilie la vocation première de réseau social de l'entreprise avec son rachat d'Oculus en 2014, il n'est qu'une première étape pour Mark Zuckerberg, qui voit la réalité virtuelle comme la forme ultime du réseau social. L'idée est que la meilleure expérience après celle de côtoyer ses amis en vrai est de passer un moment avec eux virtuellement.

 

Un style caricatural revendiqué pour les avatars

L'application commence par créer un avatar automatiquement à l'aide de photos de l'utilisateur. Il ou elle peut choisir la photo qui lui convient le mieux avant d'affiner le résultat ou décider de créer l'avatar manuellement si nécessaire. Les yeux, les cheveux, la couleur de la peau ou les traits du visage et les vêtements peuvent être modifier de la sorte. Les avatars sont assez simples d'apparence (dans un style proche des Mii de Nintendo ou des avatars Xbox de Microsoft) et c'est un choix affiché de Facebook. Il pallie ce faisant les limites techniques de la réalité virtuelle dans sa forme actuelle et évite aux avatars un look dérangeant de poupée de cire à la fois trop proche et pas assez d'une vraie personne.

 

 

Pour rendre les interactions plus naturelles, Facebook utilise par exemple des techniques d'intelligence artificielle pour rendre le regard plus réaliste (au lieu qu'il soit fixe). La bouche de l'avatar s'ouvre et se ferme en fonction du bruit détecté par le micro pour coller plus ou moins fidèlement à ce que raconte chacun interlocuteur. Le résultat n'est pas parfait, mais le style "cartoon" fait qu'il remplit efficacement sa fonction. Les expressions du visage sont modifiées à l'aide des contrôleurs pour passer du sourire au rire ou à la surprise, un peu à la manière d'émoticones virtuelles.

 

Les activités restent encore assez limitées pour le moment

Une fois son avatar créé, l'utilisateur peut inviter jusqu'à trois de ses amis dans son environnement. Il est possible de modifier ce dernier à la volée à l'aide de photos ou vidéos à 360° qui englobent les participants. Pour limiter les risques d'abus, Facebook a par ailleurs prévu une fonctionnalité "pause" qui transporte instantanément l'utilisateur au calme. Il peut aussi mettre ses amis en sourdine ou les faire sortir de son espace très facilement.

 

Des photos et vidéos traditionnelles peuvent aussi être simplement partagées, et un marqueur virtuel permet de dessiner toutes sortes de choses en 3D. Un réseau social n'étant rien sans selfie, un stick à selfies virtuel est aussi de la partie pour immortaliser les moments passés dans l'application. Clou du spectacle, il est même possible d'appeler un ami sur Messenger, qui apparaît en vidéo sous forme de fenêtre 2D (il voit de son côté l'avatar sur son téléphone). A l'avenir Facebook permettra aux développeurs de créer des jeux de société ou d'autres contenus (par exemple pour écouter de la musique) pour Spaces. Si l'application ne risque pas d'éclipser les autres services de Facebook de sitôt, elle représente un premier pas décisif vers ce qui pourrait devenir le réseau social du futur.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale