Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Faraday Future : Un concurrent de Tesla serait-il né cette nuit, à Las Vegas ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vidéo Au cours d’un show on ne peut plus à l’américaine, l’énigmatique entreprise californienne Faraday Future qui veut "inventer la mobilité du futur" a présenté un concept car électrique : le FFZERO1. Nous en retiendrons beaucoup de promesses, mais peu de choses concrètes.

Faraday Future : Un concurrent de Tesla serait-il né cette nuit, à Las Vegas ?
Le concept car électrique FFZERO1 de Faraday Future. © Faraday Future

Il y a quelques semaines, Faraday Future lançaient un site aussi esthétique qu’énigmatique, présentant un compte à rebours et une animation dont le message central était "et si on inventait la voiture aujourd’hui…". Ce 4 janvier, à Las Vegas, à la veille de l’ouverture du CES, le compte à rebours projeté sur des murs blancs, continuait à égrener les minutes. Sous un drap blanc sur une scène blanche, l’objet qui faisait se presser une impressionnante foule de journalistes attendait son heure.

 

C’est finalement un bolide tout électrique de plus de 1000 chevaux aux allures de batmobile qui a été dévoilé au terme d’une présentation grandiloquente. Le FFZERO1 est doté d’un moteur par roue et d’un siège unique. Ce concept car peut rouler à plus de 200 miles par heure (322 km/h) et peut atteindre les 60 miles par heure (96,5 km/h) en moins de 3 secondes, nous dit-on.

Soit. Mais quid de la révolution annoncée ? "A glimpse into the future"  ("un aperçu du futur"), était-il écrit à l’entrée. Pour cela, nous devrons nous contenter des promesses de Nick Sampson, un ancien de chez Jaguar Lotus et Tesla Motors devenu vice président en charge de la R&D et du développement des produits pour Faraday Future : "Apple, Google et Telsa l’ont fait, Faraday Future va complètement réinventé l’industrie à laquelle elle s’attaque, en se concentrant sur l’expérience utilisateur."

 

Le concept FFZERO1 est basé sur ce que ce nouvel entrant sur le secteur appelle une architecture à plate-forme variable (VPA). Son principe, décrit dans la vidéo ci-dessous, est une extension des plates-formes déjà utilisées dans l’industrie automobile pour mutualiser des pièces et des outils de production entre différents modèles de véhicules et ainsi réduire les coûts et le time to market.

"Sur cette base modulaire, nous pouvons faire une berline, un SUV ou même un pick-up", promet Richard Kim, le responsable du design de Faraday Future, qui a déjà signé auparavant les designs extérieurs des BMW i3 et i8.

Les premiers modèles de série sont prévus pour "dans quelques années seulement, car nous allons très vite", insiste Nick Sampson sans jamais être plus clair sur la date ni sur les modèles. L’entreprise et ses partenaires ont déjà investi 1 milliard de dollars dans une usine qui ouvrira ses portes "d’ici quelques semaines", dans le nord de Las Vegas. Le senior vice président assure même "qu’après seulement 18 mois d’existence, Faraday Future compte 550 salariés en Californie et 200 autres tout autour de la planète."

 

Mais d’où vient tout cet argent ? De Chine principalement pour le moment. Forbes a en effet révélé début décembre que le patron de Leshi Internet Information & Technology (Letv), un Netflix chinois devenu également fabricant de devices et de véhicules électriques, était la principale ressource de Faraday Future.

 

Un partenariat stratégique puisque tandis que Nick Sampson soulignait l’importance du potentiel du marché chinois, Ding Lei, global vice chairman de Letv imaginait "des coopérations autant sur le développement de véhicules autonomes que sur la production de contenus à apporter dans l’habitacle."

 

Ce qui est pertinent avec le fait que Faraday Future ne veut pas se concentrer sur la vente d’automobiles. En effet le business model envisagé par le nouveau concurrent de Tesla serait sous forme d’un abonnement via lequel ses utilisateurs auraient accès aux différents types de véhicules de la marque selon leurs besoins… et se verraient donc proposer des contenus.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale