Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Fin d'une époque, IBM cède la fabrication de semi-conducteurs et devient fabless !

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

IBM finalise la cession de l’essentiel de ses semi-conducteurs à GlobalFoundries. Big Blue ne se retire pas pour autant complètement du secteur. Il conserve son activité de processeurs pour serveurs mais sur un modèle "fabless".

Fin d'une époque, IBM cède la fabrication de semi-conducteurs et devient fabless !
Fin d'une époque, IBM cède la fabrication de semi-conducteurs et devient fabless ! © D.R.

Une page se tourne dans l’industrie des semi-conducteurs. IBM, un des acteurs historiques qui a marqué le développement du secteur, se retire de la production. Le groupe, dirigé par Ginni Rometty, vient de finaliser la cession de sa division microélectronique à l’américain GlobalFoundries, deuxième fondeur mondial derrière le taïwanais TSMC. L’opération représente un coût total de 4,7 milliards de dollars pour Big Blue, dont 1,5 milliard payés au repreneur en compensation des pertes de cette activité.

 

Une activité en perte de vitesse

 

Selon IC Insights, IBM se classe 42e mondial dans les semi-conducteurs en 2014 avec un chiffre d’affaires de 1,5 milliard de dollars, en chute de 26%, la plus forte du Top 50. En deux ans, IBM aurait cumulé près de 700 millions de dollars de pertes. GloblaFoundries reprend l’essentiel de ses activités : la réalisation d’Asic (circuits à la demande) et de circuits radiofréquences, les services de fonderie (fabrication en sous-traitance) et l’outil de production formé de deux usines : l’une à East Fishkill (Etat de New York) utilisant des plaquettes de 300 mm de diamètre, l’autre à Burlington (Etat du Vermont) de 200 mm. Le fondeur récupère pour l’occasion un portefeuille de plus de 10 000 brevets.

 

IBM ne se retire pas pour autant complètement des semi-conducteurs. Il conserve une activité qu’il considère comme stratégique : ses processeurs Power au cœur de ses serveurs à hautes performances et supercalculateurs. Mais sur un modèle "fabless", c’est-à-dire sans usine. Il continuera à développer lui-même ces puces, considérées comme les plus performantes du marché. Leur fabrication sera confiée à GlobalFoundries dans le cadre d’un contrat de 10 ans.

 

Perte d'un pillier technologique majeur

 

Ce positionnement risque d’avoir un impact considérable. Jusqu’ici, l’industrie des semi-conducteurs était divisée en deux clans. D’un côté Intel, numéro un mondial du secteur et seul capable de développer lui-même ses nouveaux procédés de fabrication. De l’autre, presque tous les autres, fédérés par IBM dans une grande alliance de R&D. Des acteurs comme Samsung, GlobalFoundries ou STMicroelectronics reposaient sur cette union pour rester en course. Car bien qu’il soit devenu un acteur mineur sur le plan commercial, Big Blue restait une référence technologique majeure dans le secteur. Certes, il a confirmé son investissement de 3 milliards de dollars sur 5 ans en recherche dans les semi-conducteurs. Mais on le voit mal continuer à travailler sur les circuits radiofréquences, la photonique, le silicium sur isolant ou encore les procédés de fabrication. Dorénavant, ses anciens partenaires devront compter sur leurs propres forces. D’ailleurs, STMicroelectronics s’est retiré de l’alliance. La production des puces électroniques, ce n’est plus l’affaire d’IBM.  

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale