Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Fintech Go, un nouveau hub pour faire grandir les pépites européennes de la fintech

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L'incubateur lillois Euratechnologies et le Crédit Agricole lancent Fintech Go, un hub dédié à l'accompagnement et au développement des start-up de la fintech, mais aussi de l'insurtech et de la regtech. 

Fintech Go, un nouveau hub pour faire grandir les pépites européennes de la fintech
Les fintechs, insurtechs et regtechs seront hébergées soit au Village by CA de Paris, soit à Eurotechnologies à Lille. © Flickr - Alain Goulard

Avis aux fintechs, insurtechs et regtechs ! Le Village by CA parisien, le Village by CA lillois et l'incubateur Euratechnologies ont donné, ce mercredi 17 mai 2017, le coup d'envoi de l'appel à candidatures Fintech Go. Présentée comme un nouveau hub, l'initiative vise à faire émerger en France une filière d'excellence dans les technologies de la finance, en favorisant le développement des jeunes pousses innovantes et leur collaboration avec les grands groupes.

 

Un hub européen

"C'est un appel à candidatures international. Nous visons essentiellement l'Europe, mais nous ne fermerons, bien entendu, pas les portes aux start-up issues d'autres pays", explique Thierry Lebrun, directeur marketing et innovation de Crédit Agricole Nord de France. Le hub privilégiera dans sa sélection les jeunes pousses travaillant sur les technologies de l'intelligence artificielle, de la blockchain et de la cybersécurité. Fintech Go s'adresse à deux publics différents. D'un côté, les start-up de moins de trois ans ayant déjà développé un produit et à la recherche de clients et, de l'autre, les porteurs de projet n'ayant pas encore de produit, mais travaillant sur un projet d'entreprise.

 

Les regtechs 

Contraction de régulation et de technologie, les regtechs désignent les technologies permettant aux institutions financières de gérer les contraintes règlementaires à moindre coût pour gagner en agilité.

 

Un programme d'accélération sera proposé aux premières et un programme d'incubation sera déployé pour les seconds. "Les porteurs de projets sélectionnés pour le programme d'incubation seront hébergés à Lille, sur une période allant de 3 à 9 mois, et les start-up membres du programme d'incubation pourront être hébergées soit au Village by CA de Paris, soit au Village by CA lillois pour une période maximum de 24 mois", détaille Thierry Lebrun. La première formule sera totalement gratuite tandis que pour la seconde, les start-up devront participer au loyer. Par ailleurs, toutes les jeunes pousses sélectionnées bénéficieront d'un coaching personnalisé, d'ateliers de formation thématiques, d'une assistance administrative, d'outils technologiques proposés par les partenaires tech ainsi que du réseau de Village by CA et ses partenaires industriels locaux, grâce à son maillage sur tout le territoire français (d'ici fin 2018, 32 Villages by CA seront déployés en France).

 

Rentrée des classes le 25 septembre

Pour leurs besoins de financement, les start-up sélectionnées pourront s'appuyer sur le fonds d'investissement de 50 millions d'euros que le Crédit Agricole a lancé en mars dernier. "Nous n'investirons pas systématiquement dans les start-up membres du hub mais, pour les entreprises en recherche de financement, nous nous engageons à étudier leur dossier", précise Thierry Lebrun. Les fintechs pourront également s'orienter vers la cinquantaine de fonds d'investissement externes qui gravitent autour du hub.

 

Côté calendrier, les aspirants ont jusqu'au 5 septembre prochain pour déposer leur candidature. Les start-up et porteurs de projet présélectionnés seront révélés le 12 septembre. Les finalistes seront ensuite auditionnés devant un jury mixte, puis la liste des candidats retenus sera révélée le 20 septembre. La rentrée des classes, elle, est prévue le 25 septembre. Le Crédit Agricole affirme ne pas s'être fixé d'objectif sur le nombre de jeunes pousses qu'il souhaite accompagner. "A Lille, nous avons une capacité d'accueil de 2000 mètres carrés dédiée à la fintech. Et si nous combinons ¨Paris et Euratechnologies nous disposons de 25 000 mètres carrés. Donc nous ne sommes pas limités en capacité d'accueil, mais nous souhaitons être sélectifs et miser sur la qualité plutôt que sur la quantité", conclut Thierry Lebrun. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale