Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Foxconn achète Sharp moins cher que prévu

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Un accord définitif pour la reprise de Sharp par Foxconn a été conclu. Il doit être approuvé aujourd’hui par les conseils d’administration des deux entreprises. Mais le groupe japonais d’électronique reçoit moins d’argent que prévu au départ de la part de l’acquéreur taïwanais.

Foxconn achète Sharp moins cher que prévu
C'est conclu, Sharp passe sous pavillon taïwanais © D.R. - Sharp

Après un mois de négociations intenses et difficiles, Sharp et Foxconn sont parvenus à un accord définitif pour la reprise du groupe japonais d’électronique par le géant taïwanais de la sous-traitance. Annoncé ce 30 mars 2016 dans un communiqué commun, il est soumis le jour-même à l’approbation des conseils d’administration des deux entreprises. Sa signature est programmée pour le 2 avril 2016.

 

100 milliard de yens de moins qu'au départ

Au bord de la faillite financière, Sharp a choisi le 25 février 2016 l’offre de rachat de Foxconn au détriment du plan de sauvetage du fonds souverain INCJ soutenu par le gouvernement japonais. Mais le groupe taïwanais a fait marche arrière, liant la signature d’un accord à la renégociation des conditions de reprise.

 

Il a obtenu gain de cause. Foxconn a réussi à réduire son offre de 100 milliards de yens à 389 milliards de Yens (l’équivalent de 3,5 milliards de dollars) pour détenir, par achat de nouvelles actions, de 66% du capital de Sharp. Et selon le journal Yomiuri Shimbum, il aurait négocié aussi le pouvoir de changer la direction et le PDG une fois la transaction finalisée. Des conditions que Sharp, poussé aux pieds du mur, a été contraint d’accepter.

 

Perte plus importante que prévue

La situation financière du groupe japonais s’avère plus mauvaise que prévue. Sharp s’attend désormais à une perte de 170 milliards de yens sur l’exercice en cours à clôturer le 31 mars 2016, alors qu’il prévoyait auparavant un résultat d’exploitation positif de 10 milliards de yens. Des chiffres que le groupe d’Osaka explique par la dégradation de l’environnement économique en Chine et la baisse plus importante que prévue des prix des écrans LCD de petit et moyen formats.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale