Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Fujitsu investit plus de 50 millions d'euros en France pour accélérer dans l'intelligence artificielle

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Fujitsu, le spécialiste japonais des technologies de l'information et de la communication, entend multiplier les partenariats avec les grands groupes, les start-up et les centres de recherche tricolores pour faciliter la transformation digitale de ses clients. Il inaugure, ce jeudi 9 mars 2017, un centre d'excellence au sein de l'incubateur de l'Ecole polytechnique et va monter un programme de recherche avec Inria. 

Fujitsu investit plus de 50 millions d'euros en France pour accélérer dans l'intelligence artificielle
Fujitsu investit plus de 50 millions d'euros en France pour accélérer dans l'intelligence artificielle © Fujitsu

Après Facebook, Intel, ou encore Huawei, c'est au tour de Fujitsu de miser sur l'écosystème numérique français et son excellence en mathématiques. Le géant japonais (40 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2015) officialise, ce jeudi 9 mars 2017, un investissement de 6 milliards de yens (soit plus de 50 millions d'euros) sur cinq ans pour accélérer dans l'intelligence artificielle.

 

Une approche systémique 

Mercredi 8 mars 2017, le grand patron de Fujitsu, Tatsuya Tanaka, a été reçu par Bernard Cazeneuve pour sceller cette collaboration avec le gouvernement français. "C'est un projet qui a été mené tambour battant", insiste Benjamin Revcolevschi, directeur général de Fujitsu France. Seuls six mois auraient été nécessaires pour organiser une cinquantaine de rencontres et monter cette initiative franco-japonaise.

 

Objectif de cet investissement majeur : déployer une approche systémique, en nouant des partenariats avec grandes entreprises, centres de recherche et start-up, pour développer de nouveaux logiciels au service de la transformation digitale des clients français (plusieurs centaines) de Fuijitsu. "L'idée est aussi de pouvoir commercialiser ces nouvelles solutions à l'échelle mondiale", souligne Benjamin Revcolevschi. Les principaux secteurs visés sont ceux de la grande distribution et de l'industrie.

 

Un centre d'excellence auprès des start-up

Dans les faits, cette collaboration s'illustrera par l'ouverture, ce jeudi 9 mars 2017, d'un centre d'excellence au sein du Drahi X-Novation Center, l'incubateur de l'Ecole polytechnique, situé sur le plateau de Saclay. En collaboration étroite avec les équipes de recherche et de développement commercial du Groupe Fujitsu, la nouvelle structure s'attachera à développer des solutions dans l'IoT, le cloud, la cybersécurité et, surtout, l'intelligence artificielle. "Nous avons déjà identifié des start-up de l'incubateur dans ce domaine. Il y a par exemple une équipe qui travaille sur un bandeau pour les personnes diabétiques. Une autre planche sur le traitement du langage naturel pour les interactions homme-machine ", précise Axel Mery, directeur technique de Fujitsu France.

 

Sans révéler de chiffres (ni le montant moyen du ticket, ni le nombre d'opérations envisagées), le groupe japonais indique vouloir investir dans des start-up tricolores. Il rappelle d'ailleurs avoir déjà réalisé des prises de participation majoritaires dans les pépites françaises RunMyProcess et UShareSoft, bien que ces acquisitions remontent, respectivement, à 2013 et 2015.

 

Un programme de recherche commun avec Inria

Fujitsu va également créer un programme de recherche commun avec l'institut de recherche Inria (déjà partenaire de Facebook sur cette thématique). "Nous voulons nous inscrire dans le long terme. Il s'agit, pour le moment, d'une collaboration de trois ans", commente le DG de Fujitsu France. D'ici un an, ce programme de recherche pourrait aboutir à la création d'un laboratoire commun. Les sujets d'étude n'ont pas encore été définis, mais l'accent sera porté sur le deep learning, le traitement de langage naturel et la vision par ordinateur. "Nous développons beaucoup de solutions au tour de ce que nous appelons le digital work place. L'objectif est de voir comment nous pouvons faciliter la productivité des employés dans les usages informatiques", précise Benjamin Revcolevschi.

 

A terme, Fujitsu n'exclut pas la conclusion de partenariats avec d'autres centres de recherche et d'autres incubateurs sur le territoire français. Il ne s'interdit pas, non plus, à "aller au-delà des 50 millions d'euros prévus si des opportunités se présentent". Le groupe japonais promet un premier point d'étape en juin prochain à l'occasion de l'escale française du Fujitsu World Tour. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale