Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Google s'appuie sur l'IA pour mieux mesurer les visites en magasin... et bientôt le montant des tickets de caisse

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Lors de la Google Marketing Next Conference, qui s'est tenue du 22 au 24 mai 2017 à San Francisco, la firme de Mountain View a présenté une mise à jour de son outil permettant d'évaluer le nombre de visites en magasin générées par les publicités en ligne. La solution est désormais plus fiable grâce à des algorithmes d'apprentissage profond. Google prévoit aussi d'utiliser cette technique pour permettre aux annonceurs de savoir ce que dépensent les clients dans une boutiques, après avoir cliqué sur une pub Internet. Encore en version bêta, l'outil soulève déjà la polémique.

Google s'appuie sur l'IA pour mieux mesurer les visites en magasin... et bientôt le montant des tickets de caisse
Google s'appuie sur l'IA pour mieux mesurer les visites en magasin... et bientôt le montant des tickets de caisse © Jarmoluk - CC0 Public Domain - Pixabay

Tout le monde le sait. Les outils de Google permettent aux annonceurs de mesurer l'impact d'une publicité internet sur les ventes en ligne. Mais la firme de Mountain View propose aussi, depuis 2014, une solution pour évaluer le nombre de visites en magasin générées par une campagne de pub sur internet. Lors de la Google Marketing Next Conference 2017, qui s'est tenue du 22 au 24 mai à San Francisco, la firme de Mountain View a dévoilé une mise à jour majeure de cette solution : Store Visits Measurement est désormais basée sur des algorithmes d'apprentissage automatique.

 

Jusqu'à présent, le géant de la Silicon Valley s'appuyait sur des signaux Wifi, des informations de cartographie, des données de géolocalisation et d'autres données contextuelles anonymisées pour évaluer le nombre de visites en magasin déclenchées par une campagne publicitaire en ligne. Cette méthode présentait toutefois un certain nombre de limites et manquait de fiabilité pour les marques et distributeurs opérant dans des villes très denses, comme Tokyo et Sao Paulo, ou tout simplement dans des centres commerciaux déployés sur plusieurs étages.

 

Une mesure plus fine des visites en magasin grâce au deep learning

Pour surmonter ces écueils techniques, Google a mis au point de nouveaux modèles mathématiques s'appuyant sur davantage de données et des algorithmes de deep learning (apprentissage profond). Ces algorithmes constituent une technique particulière du machine learning (apprentissage automatique) et s'appuient sur plusieurs couches de neurones artificiels organisées de façon hiérarchique. Les couches inférieures cherchent d'abord à catégoriser les éléments les plus simples avant de s'attaquer à des caractéristiques plus complexes. Au fur et à mesure de l'apprentissage, le modèle réorganise l'information pour en reconnaître davantage.

 

Cette version dopée à l'intelligence artificielle est désormais disponible pour les campagnes Google Search, Google Shopping, Google Display et sera bientôt déployée pour YouTube TrueView. De quoi permettre aux annonceurs de mesurer le trafic en magasin généré par une vidéo publicitaire.

 

Google veut (aussi) connaître le montant des dépenses en magasin

Mais la firme de Mountain View pousse cette logique d'omnicanalité un cran plus loin… au risque de déclencher de nouvelles polémiques autour de la protection de la vie privée. Google prévoit, en effet, de déployer dans les mois à venir une nouvelle solution baptisée Store Sales Measurement. Ici, l'outil ne permet pas d'évaluer le nombre de visites en magasin générées par la pub en ligne, mais le montant de ce que dépensent les clients en magasin, après avoir visionné une publicité sur internet.

 

Concrètement, le nouvel outil fera correspondre les clics effectués par les internautes connectés au service de Google sur une publicité avec les informations des programmes de fidélité des marques et distributeurs enregistrées lors d'un passage en caisse. Et si l'entreprise ne dispose pas de programme de fidélité suffisamment important, le nouvel outil de Google s'appuiera sur les données des cartes de crédit et de débit (Google bénéficiant de partenariats lui permettant de capturer environ 70% des transactions effectuées via les cartes de crédit et de débit aux Etats-Unis).

 

Des craintes quant au respect de la vie privée

"Les deux solutions font correspondre les transactions avec Google Ads de manière sécurisée et en respectant la vie privée. Elles ne reposent que sur des données de ventes agrégées et anonymisées pour protéger la donnée client", assure dans un post de blog Sridhar Ramaswamy, le responsable de Google pour la publicité et le commerce. Malgré cette précision, plusieurs organismes s'inquiètent déjà du sort des données personnelles des utilisateurs.

 

"Même les données agrégées peuvent parfois être traitées et converties en données permettant d'identifier les individus", estime Larry Ponemon, président du Ponemon Institut, un cabinet de recherche sur la protection de la vie privée, interviewé par Associated Press. De son côté, Miro Copic, professeur de marketing à l'université d'Etat de San Diego, se préoccupe des possibles attaques informatiques :"Les types de données collectées par Google pourraient également devenir une cible attrayante pour les pirates informatiques". Il recommande vivement à Google d'avancer prudemment sur ce terrain…

 

"Si nous avons développé ce concept il y a quelques années maintenant, il nous a fallu un certain temps pour concevoir une solution qui pouvait répondre à nos exigences très strictes en matière de protection de la vie privée des utilisateurs. C'est pour cela que nous avons développé une nouvelle technologie de cryptage dédiée à cet outil, garantissant que les données des utilisateurs restent privées, sécurisées et anonymes", indique, en réponse à ces inquiétudes, un porte-parole de Google France.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale