Actualité web & High tech sur Usine Digitale

"Grace au CES, nous avons déjà rencontré 86 journalistes !" raconte la start-up De Rigueur

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Au CES 2016 de Las Vegas, parmi les 190 startups françaises, 34 PME de Rhône-Alpes-Auvergne sont venues tenter leur chance. Certains semblent avoir tiré le gros lot.

Grace au CES, nous avons déjà rencontré 86 journalistes ! raconte la start-up De Rigueur
"Grace au CES, nous avons déjà rencontré 86 journalistes !" raconte la start-up De Rigueur

Les yeux rougis, les traits tirés, Raphaël Lombard, la trentaine, tente de faire bonne figure au stand de Tapcard, sous le pavillon French Tech. Après 48 heures d’un voyage chaotique, baladé pendant deux jours  d’un aéroport américain à l’autre, au grès des annulations de vols, le jeune patron clermontois a fini par arriver à Las Vegas.

 

"La fin de la semaine risque d’être un peu difficile, mais je vais tout donner !" Pour la deuxième année consécutive, Raphaël vient au CES présenter son innovation. Une photo cartonnée, ressemblant à un "Polaroïd", capable de lire des albums photos personnels via une application mobile. Une petite révolution qui lui a valu déjà de belles retombées en 2015. "Après le CES  de l’an dernier, j’ai eu au moins 160 contacts. Venir ici, c’est tester le marché en grandeur réelle. C’est se frotter aux meilleurs. On vient chercher le top à Vegas, le 'up' de start-up."

 

"Augmenter notre audience"

Sur le stand voisin du pavillon Rhône-Alpes-Auvergne, Lionel Heymans, fondateur de 42tea, fait la même analyse. Pour lui et son associé, Las Vegas, c’est une grande première et leurs attentes sont à la hauteur des ambitions. Les "Frenchies" qui proposent depuis peu un objet connecté permettant de préparer "un thé parfait" via une application mobile, croient en leur bonne étoile. "On vient chercher ici la visibilité qui nous manque pour poursuivre notre développement. Nous voulons voir comment les consommateurs américains vont réagir à notre innovation. C’est une première étape."

 

Plus aguerris, les gérants de Maskott, PME basée au Puy-en-Velay, reviennent au CES pour proposer leur toute dernière innovation. La tablette "Tactiléo" et sa box, sorte de cartable connecté destiné aux enseignants. "Nous sommes là pour proposer nos produits mais aussi pour nous inspirer des tendances du salon, qui bien souvent deviennent effectives très vite. Le CES permet d’augmenter sérieusement notre audience."

 

Carton plein

Echanges de cartes de visite, prises de contact avec des clients potentiels dans un anglais pas toujours assuré… L’essentiel est d’amortir le voyage. Pour certaines PME de la French Tech rhônalpine, c’est carton plein ! Le gérant de De Rigueur, venu de Lyon  avec son étui connecté pour smartphone, enchaîne les plateaux télé et les demandes d’interviews. "L’objectif est plus que rempli, se réjouit déjà Adrien Deslous-Paoli, euphorique. Grace au CES, nous avons déjà rencontré 86 journalistes, dont le Hufington Post américain, le magazine Forbes ou encore TF1. Avouez qu’il y a de quoi être content, non ?"

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale