Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Hector, le thermomètre connecté made in Pays de la Loire

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

C’est au CES, sur le stand de la Cité de l’objet connecté d’Angers, que la start-up Hector a dévoilé la version commerciale de son thermomètre connecté.

Hector, le thermomètre connecté made in Pays de la Loire
Hector, le thermomètre connecté made in Pays de la Loire

Exit la station météo austère des années 90. Avec Hector, la start-up angevine du même nom veut rajeunir cet objet que l’on trouve dans toutes les maisons. "Nous avons voulu concevoir un thermomètre simple d’utilisation, avec une interface applicative épurée, contrastant avec les stations météos vieillissantes du marché", explique Morgan Lavaux, co-fondateur de la start-up avec Valentin Roy.

 

Hector est un thermomètre connecté intégrant des fonctions d’hygrométrie. Les relevés de données sont accessibles via une application mobile, avec un historique sur 14 jours. L’utilisateur peut également programmer des alertes en cas de dépassement de certains seuils. Les données sont transmises en Bluetooth et l’application peut gérer plusieurs sondes.

 

Hector from Hector on Vimeo.

 

100 % français

La livraison des premiers thermomètres est prévue en mars 2016, après une campagne de pré-commercialisation à l’été 2015 sur Kickstarter. "Nous avons pris un peu de retard sur notre calendrier initial, car nous avons refondu complètement le design du produit", explique le jeune entrepreneur. Labélisé French Tech, Hector sera fabriqué à 100 % par des industriels français. Le moule, l’injection plastique et l’assemblage du produit sera géré par Process Plastic, une PME de Challans (85). La carte électronique sera produite à la Cité de l’objet connecté à Angers et le packaging fournit par Cartoffset, un imprimeur du Temple de Bretagne (44). Son prix avoisinera les 40 à 45 €.

 

Des contacts français à Las Vegas

Hector cible le grand-public et les professionnels comme les cavistes, les jardiniers ou les cuisiniers, pour lequel le cahier des charges a été adapté. La start-up vise également une cible BtoB sur le marché des goodies d’entreprises avec des thermomètres en marque blanche. "Au CES, nous avons pu prendre des contacts à l’international, mais surtout rencontrer et discuter avec des acheteurs et des distributeurs spécialisés français pour préparer le lancement commercial en France", explique Morgan Lavaux. A court-terme, Hector est amené à évoluer. Il intègrera une liaison Wi-Fi et un module de monitoring pour une utilisation plus professionnelle.

 

Une levée de fonds

Hector travaille actuellement sur première levée de fonds de 200 000 euros, après avoir réuni 12 667 euros sur Kickstarter. "Des discussions sont en cours avec des fonds et des associés qui nous apporterons, outre un soutien financier, un accompagnement dans notre stratégie de développement", révèle le jeune dirigeant. L’opération sera clôturée au cours du premier trimestre, la start-up étant en train de faire évoluer sa forme juridique. L’aboutissement de la levée de fonds doit permettre à la start-up d’internaliser certains process et recruter. Mais aussi d’ores et déjà, de préparer un second objet connecté.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale