Actualité web & High tech sur Usine Digitale

HTC va sortir un casque de réalité virtuelle en Chine... pour y imposer sa plate-forme

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

HTC va commercialiser un casque de réalité virtuelle "tout-en-un" sur le marché chinois. Il s'agit d'une déclinaison de celui qu'il produira pour l'écosystème Daydream de Google. Les services de Google étant interdits en Chine, HTC y proposera sa propre plate-forme logicielle : Viveport. Ce lancement sera primordial pour le constructeur, les plates-formes étant l'enjeu majeur du secteur aujourd'hui. HTC compte profiter de l'isolation du marché chinois pour s'y renforcer.

HTC va sortir un casque de réalité virtuelle en Chine... pour y imposer sa plate-forme
HTC va sortir un casque de réalité virtuelle en Chine... pour y imposer sa plate-forme © HTC

HTC continue sa stratégie d'expansion sur le secteur de la réalité virtuelle. Il a annoncé le 26 juillet, lors de la conférence ChinaJoy, qu'il travaillait sur un casque tout-en-un (qui fonctionne sans nécessiter de smartphone ou d'ordinateur) pour le marché chinois. L'appareil s'appuiera sur la plate-forme logicielle Viveport lancée l'année dernière par HTC.

 

Le marché chinois, pierre angulaire de la stratégie de HTC

Ce casque autonome est en fait une déclinaison de celui que HTC réalise en collaboration avec Google pour le marché global. Les produits de Google étant interdits en Chine, HTC a le champ libre pour y lancer une variante équipée de sa propre plate-forme. Cette stratégie n'est pas nouvelle pour HTC. Le constructeur de smartphones taïwanais, qui s'est beaucoup impliqué sur le marché de la réalité virtuelle pour PC avec le HTC Vive (qu'il a co-conçu avec Valve Corporation), avait développé Viveport pour tirer parti des marchés sur lesquels Steam, la boutique de jeux dématérialisés toute-puissante de Valve, n'est pas présente. Ces marchés sont le monde professionnel (applications autres que les jeux), le divertissement hors-domicile (salles d'arcade), et la Chine.

 

Il n'est donc pas surprenant que HTC adopte la même stratégie sur le segment des casques tout-en-un. D'autant que pour la réalité virtuelle comme pour les smartphones, ce sont les plates-formes logicielles qui règnent en maître... et qui dégagent la majeure partie des bénéfices. HTC, comme la quasi-totalité des fabricants, en fait d'ailleurs les frais sur le marché des smartphones. Cette stratégie de partenariat avec double commercialisation semble en passe de devenir courante dans le secteur. Lenovo, l'autre partenaire de Google pour ses casques tout-en-un, sortira probablement lui aussi son propre casque pour le marché chinois. De la même manière, les rumeurs d'un partenariat entre Oculus et Xiaomi pour la commercialisation d'un casque tout-en-un font état d'un accord similaire.

 

Divergences technologiques

L'utilisation de Viveport au lieu de Daydream ne devrait pas être la seule différence entre les deux produits. Le casque créé pour Google s'appuiera sur la technologie de tracking WorldSense développée par ce dernier à partir de ses travaux sur Tango. Elle utilise des caméras intégrées au casque pour détecter le positionnement de l'utilisateur dans l'espace. La version chinoise du casque pourrait ne pas avoir accès à cette technologie, et reposerait à la place sur la technologie de Qualcomm. Les deux versions du casque sont conçues à partir de l'architecture VR835 de Qualcomm, et les caméras resteraient les mêmes, mais les algorithmes fournis "de base" par Qualcomm sont moins performants que ceux mis au point par Google. Un autre aspect clé est le contrôleur. Les casques Daydream utiliseront le contrôleur conçu par Google (qui équipe déjà son accessoire VR pour smartphones, le Daydream View), mais on ne sait pas ce qui accompagnera le casque de HTC pour la Chine.

 

Quelle viabilité pour le marché chinois ?

La question restante est celle de la viabilité commerciale du marché de la VR grand public en Chine. Si le pays a démontré un attrait certain pour la technologie, ses consommateurs sont très pointilleux sur les prix et la compétition y est redoutable. En Occident, HTC a cherché jusqu'ici à positionner ses produits comme une expérience premium (afin de réaliser des bénéfices sur les ventes de matériel), et s'était orienté vers le divertissement hors du domicile en Chine justement pour contourner cette problématique de prix (et de manque de contenus en l'absence de Steam).

 

Mais avec son casque autonome, l'entreprise ne pourra pas éviter une commercialisation directe, ce qui pourrait s'avérer difficile d'un point de vue financier. Un prix trop élevé risquerait de faire fuir les consommateurs, tandis qu'un prix suffisamment attractif pourrait ne lui laisser que trop peu de marge. Et les premières estimations laissent à penser que ces casques tout-en-un ne seront pas donnés. Dernier point clé : HTC ne bénéficiera pas des contenus Daydream en Chine, ni des applications développées sur Viveport pour le HTC Vive, son casque PC. L'entreprise dispose depuis octobre dernier de Viveport M, une version de sa plate-forme (et boutique d'applications) pour smartphones, mais leur compatibilité (et attractivité) n'est pas garantie non plus.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale